Grey : 50 nuances de zizi qui parle (14)

Comme toujours, l’index des chapitres précédents, pour suivre si on est perdu.

Résumé des épisodes précédents : Après une nuit pour le moins intéressante, notre nénuphar a fait le petit dèj et son stalker priapique s’est réveillé. Ils ont mangé. Puis il lui a fait prendre un bain, l’a tripotée dans ce même bain, elle lui a fait une fellation en apnée (?) toujours dans ce bain, et ensuite c’est passé à la chambre. Nous l’avons laissée les mains attachées sur le lit pendant que monsieur lui butinait le bourgeon (ne me demandez pas où j’ai lu cette expression mais je sais que je l’ai lue quelque part et oui, je la trouve tout à fait renversante), et à l’évidence, ça plaisait à tout le monde…

Let’s go pour la fin du chapitre !
WARNING ! Là aussi, du NSFW !

Sunday, May 22, 2011
(chap. 7 – part 2)

[C’est très vite passé de simple « cunnilingus » à « cunni avec option doigts pénétrant »]
“Oh, baby. I love that you’re so wet for me.” I start to move my finger clockwise, stretching her.
Voilà. Parce que dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, ça faisait décoller Ariane V en avance voyez. Donc le sens c’est important.

[Il continue son manège et nouvel orgasme pour mademoiselle]
I kneel up and grab a condom. Once it’s on, slowly I ease myself into her.
Fuck, she feels good.
“How’s this?” I check.
C’EST BIEN LE MOMENT DE SE POSER LA QUESTION !!! Et elle était pas censée être trop mal pour que tu la ramones encore comme une vieille cheminée au fait ??

[Au final, nouvel orgasme pour tout le monde. Rien de neuf sous les lampes]
“See how good we are together? If you give yourself to me, it will be so much better. Trust me, Anastasia, I can take you places you don’t even know exist.”
Ce que je trouve fascinant c’est que pas UN moment il est envisagé que se faire fesser, ça puisse ne PAS être son truc. Je veux dire, chacun.e ses goûts. Et d’autant plus quand la minette n’avait jamais rien fait avec personne une douzaine d’heures auparavant ! Mais nan, nan, ça sera forcément génial ce qu’il lui propose ! Et en même temps c’est fin : comme elle a jamais rien essayé d’autre il pourra lui faire à peu près tout ce qu’il veut elle dira jamais non… Oh coucou les nuages de couleurs étranges, vous revoilàààà =^.^= (blague à part : vous voyez un des gros problèmes de ce machin)

We hear voices outside the door.
What the hell?
It’s Taylor and Grace.
“Shit! It’s my mother.”

[Il se retire comme un vil barbare, se débarrasse du préservatif dans la poubelle et saute dans un jean. Il l’encourage à s’habiller, surtout si elle veut rencontrer sa mère mais elle lui rappelle la cravate, qu’il défait et elle lui fait remarquer qu’elle n’a aucun vêtement propre pendant qu’il met son t-shirt]
“Perhaps I should stay here.”
“Oh no you don’t,” I warn. “You can wear something of mine.”
I like her wearing my clothes.
Her face falls.
“Anastasia, you could be wearing a sack and you’d look lovely.
Hmmm moui alors non, je ne crois pas que ça soit ça le souci…

Please don’t worry. I’d like you to meet my mother. Get dressed. I’ll just go and calm her down. I’ll expect you in that room in five minutes, otherwise I’ll come and drag you out of here myself in whatever you’re wearing.
Consentement, voici Christian. Alors non comme tu le vois il n’a pas très envie de te connaître. Au contraire même il aime bien ignorer totalement ton existence.

My Tshirts are in this drawer. My shirts are in the closet. Help yourself.”
Her eyes widen.
Yes. I’m serious, baby.
Cautioning her with a pointed look, I open the door and exit to find my mother.
Mais tout chez ce type donne tellement envie de lui caresser les cheveux à grands coups de chaise, c’est magnifique…

[Il quitte la chambre et trouve sa mère Grace, en train de parler avec Taylor le majordome qui l’a interceptée (c’est sans doute mieux)]
“Hello, Mother.” I kiss her proffered cheek. “I’ll deal with her from here,” I say to Taylor.
« C’est une grosse empêcheuse de niquer en rond mais c’est ma maman quand même, donc je vais gérer » CHARMANT ON VOUS DIT !

[Sa mère relève exactement le même point que moi juste avant et explique qu’elle était en train de faire du shopping et était passé prendre un café, et fait comprendre que si elle avait su qu’il n’était pas tout seul elle ne serait pas venue. Pendant ce temps l’ami priapique nous explique que oui elle est passé et il y avait une femme présente sauf qu’elle n’en a jamais rien su]
“She’ll join us in a moment,” I admit, putting her out of her misery.“Do you want to sit down?” I wave in the direction of the sofa.
“She?”
“Yes, Mother. She.”
Il est tellement secret sur sa vie privée que sa propre mère adoptive est surprise qu’il soit avec une femme. A moins qu’elle ne l’ait soupçonné de faire des trucs avec des koalas… ôô

[Il lui propose du café, elle refuse, et explique qu’elle va juste rencontrer son « amie » et partir. Elle ne voulait pas interrompre mais elle pensait le trouver en train de travailler et voulait le forcer à se sortir de son boulot. Il dit de ne pas s’inquiéter et lui demande pourquoi elle n’est pas à l’église : son père avait du travail donc ils iront en soirée. Elle espère que peut-être il se joindra à eux mais lui répond qu’elle sait que ce n’est pas pour lui. Instant de tension entre mère et fils, mais qui se diffuse quand notre nénuphar magique fait son apparition]
“Mother, this is Anastasia Steele. Anastasia, this is Grace Trevelyan Grey.”
They shake hands.
“What a pleasure to meet you,” Grace says with a little too much enthusiasm for my liking.
Mais non mais non, elle juste contente de savoir que tu fais de l’œil aux humains et pas à des tardigrades.

“Dr. Trevelyan-Grey,” Ana says politely.
“Call me Grace,” she says, all at once amiable and informal.
What? Already?
Et tu veux qu’elle l’appelle comment sinon ? Grand Sachem ? -_-

[Tout le monde se réinstalle sur le canapé et forcément, Grace demande comment ils se sont rencontré et Christian répond. Il explique qu’il va donner un discourt pour la remise de diplôme]
Ana’s cell phone starts ringing and she excuses herself to answer it.
“And I’ll be giving the commencement address,” I say to Grace, but my attention is on Ana.
Who is it?
Tu sens le mec complètement capable de mettre sa nana sur écoute. Et qui en plus en a les moyens. Pas glauque du tout. Jamais.

“Look, José, now’s not a good time,” I hear her say.
That fucking photographer. What does he want?
Ah ben oui en plus, rien pour le mettre de bonne humeur

[Il discute avec sa mère qui laisse filer que c’est Elliot qui a lâché le morceau sur sa présence chez lui et pendant ce temps, Christian se demande ce que pouvait bien vouloir ce fichu photographe. Au final sa mère décide de s’en aller et il lui dit qu’il doit raccompagner Ana à Portland]
“Of course, darling.” Grace turns her bright—and if I’m not mistaken, grateful—smile on Ana.
It’s irritating.
Oui on sait, ça te dérange les gens de bonne humeur…

[Elle finit par partir raccompagnée par Taylor. Christian nous indique qu’elle l’a toujours suspecté d’être gay mais qu’elle respectait son intimité et n’avait jamais demandé mais que maintenant, elle avait]
Ana is worrying her bottom lip, radiating anxiety…as she should be.
Plait-il ???

“So the photographer called?” I sound gruff.
Oui et après ? Déjà d’une elle communique avec qui elle veut, elle n’est pas sous ta tutelle jusqu’à preuve du contraire, et quand bien même, elle n’est pas responsable des actions des autres !

[Anna explique que José voulait s’excuser pour la soirée du vendredi, et l’ami Christian n’a pas l’air convaincu. Ensuite alors qu’ils vont pour partir Taylor prévient Christian que Ros a tenté de l’appeler (il était trop occupé avec Ana) et quand il récupère son téléphone dans la cuisine en effet : plusieurs appels et des mails. Il rappelle Ros : problèmes sur le convoi de nourriture à destination du Darfour, Christian propose de air-dropper le tout et comme Ros est trop forte, elle se doutait qu’il dirait ça et a déjà commencé à faire ce qu’il faut pour. Pour une fois il est content]
My attention reverts to Miss Steele, who’s standing in my living room, regarding me warily. I need to get us back on track.
Yes. The contract. That’s the next step in our negotiation.
Elle pue un peu ta négo quand même : à la base, t’étais pas censé la toucher tant qu’elle avait rien signé…

[Il va chercher le contrat dans son bureau et le glisse dans une enveloppe. Il revient dans le salon, en bon nénuphar elle n’a pas bougé d’un pouce, et se demande si elle pensait à José ce qui le met de mauvaise humeur, bien entendu. Il le lui tend, lui demande de le lire pour qu’ils en discutent le week-end suivant. Il l’encourage fortement à faire des recherches sur Internet pour savoir de quoi il est question, mais elle fait la moue, avant d’expliquer qu’elle n’a pas d’ordi et qu’elle demandera à emprunter celui de Kate]
No computer? How can a student not have a computer? Is she that broke?

[Il finit par dire qu’il doit pouvoir lui en prêter un et d’aller chercher ses affaires : il va la ramener à Portland et ils trouveront à déjeuner en chemin. Elle répond qu’elle doit juste passer un coup de fil (grossière erreur mon cher Dupont !)]
“The photographer?” I snap. She looks guilty.
What the hell? “I don’t like to share, Miss Steele. Remember that.” I storm out of the room before I say anything else.
Mais– je– ELLE VEUT PASSER UN COUP DE FIL !!! O.O

Is she hung up on him?
Was she just using me to break her in?
Fuck.

[En l’espace d’à peu près quatre secondes, il se demande si en fait elle est pasjuste après lui pour l’argent, mai que en fait non parce qu’elle était très véhémente sur le fait qu’il lui achète pas de vêtements, et puis qu’en plus elle l’avait plutôt bien vécu d’être attachée (on est plus à un non-seguitur près vous me direz mais là… quand même)]
I stuff the tie and two others into a messenger bag along with socks, underwear, and condoms.
What am I doing?

[Au final il choisit d’être honnête (ça change) : il va sans doute rester la semaine à l’hôtel pour être près d’elle. Du coup il sort plusieurs costumes et des chemises que Taylor lui apportera plus tard dans la semaine, et vu qu’il lui en faudra une pour la cérémonie… Il reçoit un texto : Elliot le prévient qu’il rentre avec sa voiture, Christian lui dit que ça ne pose pas de souci qu’il n’aura qu’à prévenir Taylor quand il sera là. Du coup il sonne Taylor via le système de comm interne pour lui demander de ramener le SUV le lendemain à Portland avec les costumes et demande qu’il appelle Audi parce qu’il aura peut-être besoin de son Audi A3 plus tôt que prévu mais… elle est prête ! Il est content (BIGRE il va pleuvoir !) et puis moyen de transport, c’est réglé, il s’attaque à la question de l’ordi et appelle un mec de l’info]
“What are you doing in the office, Barney? It’s Sunday.”
“I’m working on the tablet design. The solar-cell issue is bugging me.”
“You need a home life.”
Barney has the grace to laugh. “What can I do for you, Mr. Grey?”
“Do you have any new laptops?”
“I have two right here from Apple.”
“Great. I need one.”
“Sure thing.”
“Can you set it up with an e-mail account for Anastasia Steele? She’ll be the owner.”
JOB BULLSHIT TIME \o/
Un mec qui bosse le design de tablettes (ou de leur système de rechargement par énergie solaire accessoirement) n’est certainement pas le même gars qui configure les postes. Et encore moins dans une firme de cette taille-là. D’une parce que c’est pas son job, et de deux, parce qu’il n’en a sûrement ni les compétences techniques, ni les autorisations.

[Christian épelle son nom pour lui et]
“Great. Andrea will be in touch today to arrange delivery.”
“Sure thing, sir.”
“Thanks, Barney—and go home.”
“Yes, sir.”
Ok. D’un côté on a un gars qui dit « mon assistante revient vers toi AUJOURD’HUI pour le faire expédier (ON EST DIMANCHE PUTAIN !) et il dit au geek de rentrer chez lui. A ce stade, est-il encore nécessaire de se demander si, oui ou non, il faut initier monsieur Grey à la sodomie avec un cactus ? Je pose la question, vraiment.

[Il envoie un texto à la pauvre Andrea (moi je dis ça tient du harcèlement ça !) et va la rejoindre dans le salon. Elle est dans le canapé, elle n’a pas l’air à l’aise, confirme pour le lendemain avec Taylor, dit qu’il va prendre la R8, Taylor leur souhaite bonne route et ils vont prendre l’ascenseur]
Ana fidgets beside me as we wait for the elevator, her teeth on her plump lower lip.
It reminds me of her teeth on my cock.
“What is it, Anastasia?” I ask, as I reach out and pluck her chin. “Stop biting your lip, or I will fuck you in the elevator, and I don’t care who gets in with us,” I growl.
She’s shocked, I think—though why would she be after all we’ve done…
Pas la peine de faire l’étonné non plus. C’est pas comme si « Miss Continuité » et « Madame Logique » avaient été du voyage avec nous… Et il y a tout de même une différence MAJEURE entre faire des cochoncetés chez soi entre 4 yeux, et dans un ascenseur !

[elle finit par lâcher qu’elle a un problème]
“W-Well,” she stutters, uncertain. Then she squares her shoulders. “I need to talk to Kate. I’ve so many questions about sex, and you’re too involved. If you want me to do all these things, how do I know—?” She stops, as if weighing her words. “I just don’t have any terms of reference.”

[Forcément il n’est pas content (QUEL SCOOP !) (Non). Ca lui plait pas tout ça : il a déjà dit non mais elle insiste. Et comme ça a l’air important il finit par accepter MAIS ! Si elle fait bien attention que Kate ne dise rien à Elliot. Super nénuphar lui fait remarquer que ça n’arrivera pas, pas plus qu’elle ne viendrait lui raconter des choses que Kate pourrait lui dire sur Elliot, si elle lui en disait (YEAH way to go nénuphar !)]
I remind her that I’m not interested in Elliot’s sex life but agree that she can talk about what we’ve done so far. Her roommate would have my balls if she knew my real intentions.
C’est intéressant ce contraste : il lui vend que c’est trop cool de se faire fouetter mais en même temps part du principe que c’est honteux et pas bien (je ne ferais aucun lien avec l’auteure, mais sachez que c’est tout de même tentant) (oui j’ai lu quelques trucs ici et là à l’occaz’)

[Elle est contente du coup. Mais…]
“The sooner I have your submission the better, and we can stop all this.”
“Stop all what?”
“You, defying me.” I kiss her quickly and her lips on mine immediately make me feel better.

[Ils vont prendre la voiture, Christian pense à divers trucs (qui impliquent ses organes de reproduction, bien entendu) et il finit par lui demander si elle a faim. Elle répond « pas spécialement » et il n’aime pas vraiment ça, et va à un restau qu’il connait. Ils sont installés à une table.]
The last time I came here was with Elena. I wonder what she’d make of Anastasia.
Sans doute des choses pas bonnes du tout pour un nénuphar (on rappelle que cette madame a initié un gamin au SM QUAND IL AVAIT QUINZE ANS !! /°o°\)

“I’ve not been here for a while. We don’t get a choice—they cook whatever they’ve caught or gathered,” I say, grimacing, feigning my horror.
Ana laughs.
Why do I feel ten feet tall when I make her laugh?
J’ai bien une idée mais ça serait pas super crédible vu depuis quand vous vous connaissez, et tu n’aimerais pas ça en plus…

“Two glasses of the pinot grigio,” I order from the waitress, who’s making eyes at me from beneath blond bangs. It’s annoying.
Ce genre de réflexion n’est même plus drôle…

Ana scowls.
“What?” I ask, wondering if the waitress is annoying her, too.
“I wanted a Diet Coke.”
Why didn’t you say so?
BEN PARCE QUE TU LUI AS PAS DEMANDE, FILS D’ABRUTI !!

[Il explique que ça sera très bien pour accompagner peu importe ce qu’ils mangeront et elle a des yeux ronds comme des soupières en demandant « peu importe ce qu’on aura ? »]
“Yes.” And I give her my megawatt smile to make amends for not letting her order her own drink. I’m just not used to asking…

[Il enchaine en disant que sa mère l’a appréciée, Ana est contente, et qu’elle le pensait gay parce qu’elle ne l’avait jamais vu avec une femme, et non aucune des quinze soumises. Il enchaine en disant que ça a été un weekend de premières fois pour lui aussi et les énumèrent, elle lui dit qu’elle a aimé ce weekend, et il conclut que lui aussi et que ça ne lui était pas arrivé depuis une certaine Susannah]
“What’s vanilla sex?” she asks.
I laugh at her unexpected question and complete change of topic.
“Just straightforward sex, Anastasia. No toys, no add-ons.” I shrug. “You know—well, actually you don’t, but that’s what it means.”
Non elle sait pas non… ~.~

[On leur apporte leur premier plat et, au soulagement de tout le monde, c’est bon]
“Why have you never had vanilla sex before? Have you always done, what you’ve done?” She’s as inquisitive as ever.
“Sort of.” And then I wonder if I should expand on this.
Non ne réponds pas plus, ce n’est pas la peine, je suis sûre qu’elle ne veut pas de détails (nous non plus en fait)

“One of my mother’s friends seduced me when I was fifteen.”

“Oh.” Ana’s spoon pauses midway from the bowl to her mouth.
“She had very particular tastes. I was her submissive for six years.”

[Il indique donc qu’il sait très bien ce qu’il lui demande. Elle reste silencieuse un moment, à manger sa soupe]
“So you never dated anyone in college?” she asks, when she’s finished her last spoonful.
“No.”
The waitress interrupts us to clear our empty bowls. Ana waits for her to leave. “Why?”
“Do you really want to know?”
Ben au point où ça en est rendu j’ai envie de dire…

“Yes.”
“I didn’t want to. She was all I wanted, needed. And besides, she’d have beaten the shit out of me.”
… du coup ça explique quelques trucs -_-

[Elle demande quel âge avait, vu qu’elle était une amie de sa mère et Christian élude]
“Do you still see her?” She sounds shocked.
EN MEME TEMPS Y A DE QUOI !!!

“Yes.”
“Do you still…er—” She blushes crimson, her mouth turned down.
“No,” I say quickly. I don’t want her to have the wrong idea about my relationship with Elena. “She’s a very good friend,” I reassure her.
“Oh. Does your mother know?”
“Of course not.”
My mother would kill me—and Elena, too.

[La serveuse revient avec le plat : venaison. Ana continue à questionner en ignorant son assiette. Ce qui ne plait pas à Christian (forcément). Il lui dit de manger elle répond qu’elle n’a pas faim. Il insiste]
“Give me a moment,” she says, her tone as quiet as mine.
What’s her problem? Elena?
Non mais c’est le problème de toute personne à qui tu dis « elle a l’âge de ma mère adoptive et m’a sauté dessus quand j’avais QUINZE ANS ». C’est pas possible d’être aussi bête ! >.<

[Il se demande s’il n’en a pas trop dit et au final elle commence à manger]
“Is this what our, um…relationship will be like?” she asks. “You ordering me around?” She scrutinizes the plate of food in front of her.
“Yes.”
“I see.” She tosses her ponytail over her shoulder.
Tant d’enthousiasme c’est presque indécent dites…

“And what’s more, you’ll want me to.”
Eeeeeeeuuuhh… oui alors faut peut-être pas pousser non plus : c’est pas du tout son délire à la base quand même (rappelons que LE SEXE n’est pas DU TOUT son délire à la base -_-)

“Anastasia, you have to go with your gut. Do the research, read the contract. I’m happy to discuss any aspect. I’ll be in Portland until Friday if you want to talk about it before then. Call me—maybe we can have dinner —say, Wednesday? I really want to make this work. In fact, I’ve never wanted anything as much as I want this.”
Whoa. Big speech, Grey. Did you just ask her on a date?
Je crois qu’il vaut mieux ne pas répondre à cette question, tu n’aimerais pas la réponse…

[Anna enchaine en demandant ce qui est arrivé au 15 autres et il explique « diverses choses » (Ho haaaaiii criminal minds new episode ! Fancy meeting you heeere ! \o/) mais que ça se résume à de l’incompatibilité, mais qu’il espère qu’ils seront compatibles tous les deux. Il confirme qu’il n’en voit plus aucune et qu’il est monogame dans ses relations et l’encourage à faire des recherches. Puis elle repose ses couverts, signalant la fin de son repas]
“That’s it? That’s all you’re going to eat?”
She nods, placing her hands in her lap, and her mouth sets in that mulish way she has…and I know it will be a fight to persuade her to clean her plate. No wonder she’s so slim. Her eating issues will be something to work on, if she agrees to be mine.
Donc outre que si elle est si mince, c’est difficile d’avoir la paire d’obus qu’elle se trimbale (ce n’est absolument pas réaliste), elle a des TCA. Qui n’inquiètent personne. Et que cet abruti pense corriger à coups de fouet. Cette histoire est décidément d’une propreté ! Ca fait peur…

[Pendant qu’il continue de mander, elle lui jette des petits regards et rougit.]
Oh, what’s this?
“I’d give anything to know what you’re thinking right at this moment.” She’s clearly thinking about sex. “I can guess,” I tease.
Alors non, c’est pas parce que tu penses à/avec ta queue H24 que c’est le cas de tout le monde.

“I’m glad you can’t read my mind.”
“Your mind, no, Anastasia, but your body—that I’ve gotten to know quite well since yesterday.” I give her a wolfish grin and ask for the check.

[Il paye, et ils quittent le restau. Le voyage se fait en silence jusqu’à ce qu’ils arrivent à Portland devant chez elle et qu’elle lui propose de monter. Il répond que non, qu’il a du travail et elle semble contrariée, mais il ne veut pas lui donner de faux espoirs (il n’est pas de ce dont on fait les petits amis lui madame !). Il se rend compte qu’elle n’a pas envie qu’il parte et ça le rend tout chose, du coup il lui prend la main et embrasse ses doigts]
“Thank you for this weekend, Anastasia. It’s been…the best.” She turns shining eyes to me. “Wednesday?” I continue. “I’ll pick you up from work, from wherever?”
“Wednesday,” she says, and the hope in her voice is disconcerting.
Shit. It’s not a date.
Laisse-moi réfléchir… tu l’as invitée à diner et tu proposes d’aller la chercher… Si, c’est un rencard ?

[Il lui embrasse encore la main puis quitte la voiture avant de faire des choses pas nettes]
When she gets out of the car, she brightens, at odds with how she looked a moment ago. She marches up to her front door but before reaching the steps she turns suddenly. “Oh, by the way, I’m wearing your underwear,”
Le truc improbable : il est censé être assez costaud et elle toute menue… Mais on n’est plus à ça près j’imagine -_-

She’s stolen my underwear!
I’m stunned. And in that instant I want nothing more than to see her in my boxer briefs…and only them.
…. Qu’on m’explique où est l’attrait d’un truc pareil ôô (c’est une vraie question !)

[Il rentre à l’hôtel et bosse. A un moment il vérifie son portable mais non, pas de nouvelles d’Ana. Et comme Andrea lui a fait suivre l’adresse mail à son nom, et lui a assuré que l’ordi serait livré le lendemain matin, il lui écrit un mail. Il ne lui revient pas donc l’adresse est active et il se demande comment elle réagira quand elle le lira le lendemain]
Picking up my latest read, I settle onto the sofa. It’s a book by two renowned economists who examine why the poor think and behave the way they do.
Christian qui parle des pauvres on dirait qu’il parle d’une espèce d’insectes à la fois captivants et dégoutants… c’est charmant (comme toujours vous me direz)

 

Notre tordu à grosse voiture va-t-il avoir son contrat signé ? Ana saura-t-il se servir d’un mac tout neuf et cherchera-t-elle sur internet ? Les réponses et la suite dans le prochain épisode !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s