Grey : 50 nuances de zizi qui parle (12)

Comme toujours, l’index des chapitres précédents.

Résumé des épisodes précédents : Après l’avoir récupérée minable à on ne sait quoi, notre pervers de service a réussi à faire dormir, (elle était moitié comateuse ne même temps), manger un peu notre nénuphar à la dérive. Il l’a même tripotée dans un ascenseur ! Du coup, il finit par planifier un rendez-vous avec pour… le soir même ! Il semblerait que comme ça, pouf, Ana ait découvert sa libido et un sujet pour en tirer parti. En attendant, monsieur lui en met plein la vue avec une balade en hélico (pour un mec qui veut juste lui expliquer qu’il aime fesser des petites brunes, il y met vachement les formes je trouve), et on les a laissé avec un verre de blanc, une Ana qui se mordille la lèvre et un Christian qui fait son gros con (rien de très nouveau donc)

Let’s go pour la suite !
WARNING !! Trucs interdits aux mineurs !

Saturday, May 21, 2011
(chap. 6 – part 2)

[Rappel : il a parlé de « some impossibly high ideal like Angel Clare or debase you completely like Alec d’Urberville », elle a répondu que s’il n’y avait que deux choix elle préférait le second, ce à quoi il a rétorqué qu’elle ne savait pas de quoi elle parlait (gros con !)]
“That’s why I’m here,” she says, her teeth leaving little indentations on a bottom lip moist with wine.
« Je m’appelle Anastasia Steele, y a deux jours je savais même pas à quoi me servait mon clito (ni même que j’en avais un), mais par intervention divine et inexpliquée, j’ai soudain qu’une envie, faire tout plein de cochoncetés avec un quasi inconnu. Bonjoooooour ! »
MEME LES DUPONDT EN AGENTS D’INTERPOL SONT PLUS CREDIBLES NOM D’UN BUTT PLUG A ROULETTES ! >.<

[Ca va plus vite que prévu, donc avant d’aller plus loin il va récupérer ce qu’il a lancé à l’impression dans son bureau dans le chapitre précédent. Il laisse le contrat Dom/Sub mais lui apporte le nondisclosure agreement, lui dit ce que c’est et pourquoi. Elle demande ce qu’il se passe si elle refuse de signer]
“Then it’s Angel Clare high ideals, well, for most of the book anyway.”
And I won’t be able to touch you. I’ll send you home with Stephan, and I will try my very best to forget you. My anxiety mushrooms; this deal could all go to shit.
Pour le coup je me fiche de son commerce mais j’adore ce mot, « mushroom ». Je sais pas pourquoi mais je l’aime bien. Il est moelleux je trouve. Et l’idée d’un verbe pour que quelque chose puisse mushroomer me plait beaucoup… *.*

[Elle lui demande ce que ça veut dire, il explique : elle ne devra parler d’eux à personne. Au final elle signe, sans lire et ça l’énerve. Il le lui dit]
“Christian, what you fail to understand is that I wouldn’t talk about us to anyone anyway. Even Kate. So it’s immaterial whether I sign an agreement or not. If it means so much to you, or your lawyer, whom you obviously talk to, then fine. I’ll sign.”
… on rappelle qu’il y a une semaine cette meuf était limite capable de le regarder dans les yeux. CREDIBILITY ANYONE ???

She has an answer for everything. It’s refreshing. “Fair point well made, Miss Steele,” I note dryly.
With a quick, disapproving glance, she signs.
And before I can begin my pitch, she asks, “Does this mean you’re going to make love to me tonight, Christian?”

What?
Me?
Make love?
Oh, Grey, let’s disabuse her of this straightaway.
“No, Anastasia, it doesn’t. First, I don’t make love. I fuck, hard.”
She gasps. That’s made her think.
“Second, there’s a lot more paperwork to do. And third, you don’t yet know what you’re in for. You could still run from here screaming! Come, I want to show you my playroom.”
She’s nonplussed, the little v forming between her brows. “You want to play on your Xbox?”
… je ne sais même pas s’il faut relever l’incohérence de cette scène, rapport à la godicherie en mode ON/OFF de de l’héroïne, et sa stupidité, continuer avec le gif précédent, ou juste se frapper la tête contre la table la plus proche…

[Il l’embarque dans la pièce en question et avant d’ouvrir lui rappelle qu’elle peut partir quand elle veut que le pilote est dispo pour la ramener en hélico (c’est bien urbain de sa part -_-). Elle lui dit d’ouvrir la porte avec des mots pas très jolis pour un nénuphar, et il la laisse entrer. Elle fait le tour et observe et il flippe parce qu’elle dit rien au début?. Quand elle commence à demande s’il fait ça aux gens ou si des gens lui font à lui il est content et répond. Et puis à un moment]
“You’re a sadist?” she says, startling me.
Fuck. She sees me.
….. Bien. Alors je ne dois pas avoir bien compris un truc ou deux : c’était pas ce que tu voulais qu’elle te « voie » ? Et surtout, TU VOULAIS QU’ELLE PENSE PAS QUOI AU JUSTE ?? Y A DES FOUETS, DES CANNES ET DES TRUCS COMME CA TOUT PARTOUT ET TU VIENS DE LUI DIRE QUE C’EST TOI QUI LE FAIS AUX AUTRES, CRETIN !!

“I’m a Dominant,” I say quickly, hoping to move the conversation on.
Mais ! Mais si tu voulais PAS en parler FALLAIT PAS L’AMENER LA !! Mais quel abruti ce type !!

[Elle demande ce que ça veut dire. Il explique. Il détaille le tout, et jamais il ne parle à haute et intelligible voix de safe word ou de choses de ce genre. Il (= l’auteure) explique ça de la façon dont les non-initié voient la chose : en gros, le dominant aurait le pouvoir. Sauf que dans une relation comme ça ce n’est pas le cas. Il n’est pas plus question de pouvoir là-dedans que de « qui fait la femme ? » dans un couple homo masculin. Mais baste. Il finit par lui proposer de sortir de là parce que la voir là ça le perturbe]
I hold out my hand to her and for the first time she looks from my hand to my face, undecided.
Shit.
Bah en même temps excuse-moi mais y a de quoi avoir un doute quand même… Déjà que n’importe quel.le adulte fonctionnel qui n’aurait jamais fait ça aurait un doute raisonnable alors un nénuphar…

I’ve frightened her. “I’m not going to hurt you, Anastasia.”
Tentatively she puts her hand in mine. I’m elated. She hasn’t run.
Oui enfin en même temps t’étais à côté de la porte donc c’était pas non plus le truc le plus facile de partir en courant même si elle avait voulu. Un peu de bon sens, par pitié -_-

[Dans la foulée il lui montre la chambre réservée à sa soumise du moment. Elle demande d’abord s’il compte la faire emménager et il lui explique que non ça ne serait que pour les weekends. Elle s’étonne qu’elle ne dormirait pas avec lui et il lui rappelle que non, il dort avec personne sauf elle quand elle est complètement saoule, rappelle qu’ils doivent négocier tout cela. Il finit par lui expliquer que lui dort à l’étage en dessous et qu’ils vont redescendre, elle doit avoir faim. Ce à quoi elle répond qu’elle a perdu l’appétit. Il est pas content et lui dit qu’elle doit manger]
Her eating habits will be one of the first issues I’ll work on if she agrees to be mine…that, and her fidgeting.
Alors oui, clairement, l’héroïne a de méchant TCA là-dedans. Déjà à la première lecture ça m’avait dérangée mais avec le recul c’est pas sain du tout. Mais jamais mentionné comme tel bien sûr.
Et sinon… elle re-fidgete maintenant ? Je sais pas y a deux minutes on avait presque l’impression que c’était elle qui allait tenir le fouet -_-

[Ils finissent par descendre et il lui dit que puisque elle a signé le NDA, elle peut lui poser toutes les questions qu’elle veut et il répondra. Il va à la cuisine pour trouver de quoi manger ne trouve pas grand-chose, et envisage de commander ou bien même de l’emmener quelque part. Et se met à flipper parce que ça serait comme un rencard, et qu’il fait pas ce genre de truc. Il est irrité parce qu’il se met à penser « juste avec elle » et au final, opte pour du pain, et du fromage. Ils s’installent dans la cuisine et elle rappelle qu’il a parlé de paperasserie]
“Well, apart from the NDA, a contract saying what we will and won’t do. I need to know your limits, and you need to know mine. This is consensual, Anastasia.”
Wait for it… wait for it…

“And if I don’t want to do this?”
Shit.
“That’s fine,” I lie.
“But we won’t have any sort of relationship?”
“No.”
“Why?”
“This is the only sort of relationship I’m interested in.”
“Why?”
“It’s the way I am.”
TADAAAAAAAAAAA !!!! \o/
On reprend : un nénuphar qui n’avait même pas lu le manuel « Désir/libido » jusque-là donc n’a aucune idée de ce que peut-être le sexe, ni même si elle aime ça ; un mec très riche et très charismatique ; un petit nénuphar qui demande si il va lui « make love tonight » et… le couperet qui tombe : c’est consensuel mon chat, mais si tu fais pas ce que je veux, tu dégages, parce que moi, je veux rien d’autre.
Vous les sentez les bonnes vapeurs toxiques qui stagnent et forment de jolis nuages en forme de cœur ? ^________^

[Elle lui demande pourquoi il est « comme ça » (judging bitch is judging), il répond/esquive, puis insiste pour qu’elle mange et elle persiste : elle n’a pas faim. Il finit par avoir gain de cause si l’on peut dire, et elle demande si ça fait longtemps qu’il est comme ça, puis, si c’est facile de trouver des femmes volontaire, et quand il lui dit qu’elle serait surprise :]
“Then why me? I really don’t understand.” She’s utterly bemused.
Baby, you’re beautiful. Why wouldn’t I want to do this with you?
Parce que la première fois que tu l’as vue, tu la regardais comme un crapaud cornu ? Mais au hasard hein -_-

[La conversation continue puis elle lui demande combien de femme ? Quinze, et il détourne les yeux (aaaah on fait moins le malin hein monsieur quéquette parlante !), puis elle demande si c’était de longues périodes ? Pour certaines oui. Elle demande en suite s’il a déjà blessé quelqu’un (oui), gravement (non) et s’il va lui faire du mal à elle, et elle finit par demander s’il a déjà été battu. Au final ils passent dans bureau pour discuter des règles à proprement parlées]
“I’m not sure about accepting money for clothes. It feels wrong.”
Je la comprends tellement sur ce coup-là…

“I want to lavish money on you. Let me buy you some clothes. I may need you to accompany me to functions.”
Grey, what are you saying?
De la crotte, comme bien souvent.

This would be a first.
De ? Raconter de la crotte ? Non non, du tout, ça n’a rien d’une innovation de ta part.

“And I want you dressed well. I’m sure your salary, when you do get a job, won’t cover the kind of clothes I’d like you to wear.”
« Je suis riche et je veux une trophy wife pour montrer à tout le monde combien j’ai une grosse quéquette combien je suis riche »

[Elle demande si elle devra porter ces fringues même quand elle ne sera pas avec lui ? Non, puis :]
“Okay. I don’t want to exercise four times a week.”
“Anastasia, I need you supple, strong, and with stamina. Trust me, you need to exercise.”
“But surely not four times a week. How about three?”
“I want you to do four.”
“I thought this was a negotiation?”
Again, she’s disarming, calling me out on my shit.
1. Au risque de me répéter, QUI ETES-VOUS ET QU’AVEZ-VOUS FAIT DE NOTRE NENUPHAR ? èé/
2. Toute la beauté du paradoxe : monsieur veut qu’on lui obéisse, mais monsieur aime qu’on s’oppose à lui (being there, doing that)

[Il tente d’obtenir ses 4h par semaine mais ça marche pas, et finit par lui demander si elle est certaine de ne pas vouloir postuler chez lui parce qu’elle serait une bonne négociatrice ce à quoi elle répond un non ferme et définitif; Argument ? « Ce n’est pas une bonne idée » (elle a tellement raison) puis il lui donne à lire la liste de ses limites]
This is it, shit-or-bust time. I know my limits by heart, and mentally tick off the list as I watch her read through. Her face grows paler and paler as she nears the end.
Fuck, I hope this isn’t frightening her off.
Bof, franchement, vu où elle en est rendue hein… un peu de plus un peu de moins…

[Elle est quand même un peu pâlichonne et il flippe sa maman. Il demande quand même si elle veut ajouter quelque chose, histoire de, mais il espère que non. Elle fait le poisson rouge et ça l’agace donc il insiste un peu en demandant s’il y a quelque chose qu’elle ne ferait pas et elle finit par dire qu’elle sait pas]
Not the response I was expecting.
“What do you mean you don’t know?”
She shifts in her seat, looking uncomfortable, her teeth toying with her bottom lip. Again. “I’ve never done anything like this.”
Hell, of course she hasn’t.
Alors. Mon petit Christian. Comment te dire sans te choquer…

“Well, when you’ve had sex, was there anything that you didn’t like doing?” And I’m reminded of the photographer fumbling all over her yesterday.
She flushes and my interest is piqued. What has she done that she didn’t like? Is she adventurous in bed? She seems so—innocent. Normally I don’t find that attractive.

“You can tell me, Anastasia. We have to be honest with each other or this isn’t going to work.” I really have to encourage her to loosen up—she won’t even talk about sex. She’s squirming again and staring at her fingers. Come on, Ana.

“Tell me,” I order. Sweet Lord, she’s frustrating.
“Well, I’ve not had sex before, so I don’t know,” she whispers.
The earth stops spinning.
I don’t fucking believe it.
How?
Why?
Fuck!

“Never?” I’m incredulous.
She shakes her head, eyes wide.
“You’re a virgin?”
Non une botte de poireaux.

I don’t believe it.
Je ferais bien une blague sur St Thomas (voir, croire, tout ça), mais ça serait un peu de mauvais goût non ?

[Forcément ça lui plait pas des masses et il est un poil perdu. Et fâché surtout. C’est Christian ne l’oublions pas, il est toujours fâché]
“I don’t understand why you didn’t tell me.” The exasperation is clear in my voice.
“The subject never came up,” she says. “I’m not in the habit of revealing my sexual status to everyone I meet. I mean, we hardly know each other.”
Non c’est vrai. Mais par contre envisager dans le même temps de signer un contrat pour te faire fouetter par ce même type ça te défrise pas plus que ça donc bon…

As ever, it’s a fair point. I can’t believe I’ve given her the bus tour of my playroom—thank heavens for the NDA.
Ca t’apprendra à vouloir fouetter tous les gens qui passent ! Idiot va.

“Well, you know a lot more about me now,” I snarl. “I knew you were inexperienced, but a virgin! Hell, Ana, I just showed you…”
Not only the playroom: my rules, hard limits. She knows nothing. How could I do this? “May God forgive me,” I mutter under my breath.
Laisse-le en dehors de ça celui-là, cette situation est déjà assez tordue

I’m at a loss.
Bon, j’admets, on le serait à sa place un peu aussi. Maaaaiiis c’est quand même drôle ^w^

“Have you ever been kissed, apart from by me?” Please say yes.
“Of course I have.” She looks offended. Yeah, she’s been kissed, but not often. And for some reason the thought is…pleasing.
Aaaaaah, cet éternel concept patriarcal du premier arrivé. Sérieux il faut que quelqu’un m’explique en quoi c’est si important que ça, ça me laisse perplexe. Y a quelques siècles je veux bien admettre, les héritiers, la lignée, tout ça. Mais maintenant ?

[Il reste perplexe qu’aucun mec n’ait pu la motiver assez pour coucher. Elle a 21 ans presque 22 tout de même ! (oui, et ?) Ca le laisse pantois. D’autant qu’il se rappelle qu’à son époque, tous les jeunes « baisaient comme des lapins » (oui je cite ses mots), sauf lui. Mais il met ça de côté pour le moment]
Ana shrugs, her small shoulders lifting slightly. “No one’s really, you know…” She trails off.
No one has what? Seen how attractive you are?
Il commence à m’énerver à faire genre « je l’ai vue le premier » TU LA PRENAIS DE HAUT COMME UN GROS CON la première fois que tu l’as vue !

No one’s lived up to your expectations—and I do?
Me?
La capacité de ce garçon à tout ramener à sa personne me fascine…

She really knows nothing.
JOHN SNOW SORT DE CE CORPS DE NENUPHAR ! /°o°\ hum… pardon ^.^

This is not going to fly…and all the groundwork I’ve done has been for nothing. I can’t close this deal.
Est-ce que ça vaut la peine d’un commentaire ? Franchement ? -_-

[Vu qu’il rumine dans son coin et tire la gueule elle lui demande pourquoi il est fâché comme ça contre elle. Il la rassure en lui disait que c’est pas contre elle mais contre lui]
“Do you want to go?” I ask, concerned.
“No, unless you want me to go,” she says softly, her voice tinged with regret.
“Of course not. I like having you here.” The statement surprises me as I say it. I do like having her here. Being with her. She’s so…different.

And I want to fuck her, and spank her, and watch her alabaster skin pink beneath my hands. That’s out of the question now—isn’t it? Perhaps not the fucking…perhaps I could. The thought is a revelation. I could take her to bed. Break her in.
Oh FOR FUCK’S SAKE !!!! Mais tu veux pas une perceuse à percussion et un marteau piqueur aussi pendant qu’on y est ??

[Le plan lui parait sympa jusqu’à ce qu’il se rappelle qu’elle pourrait le toucher aussi. Et ça, ça pue. Et en plus quand il la regarde de nouveau elle se mordille ENCORE la lèvre et ça fait des choses dans son caleçon]
I still want her, in spite of her innocence.
Non mais c’est pas une tare non plus hein. Sinon tu veux qu’on parle des gens qui pensent qu’à fouetter tous les passants pour un oui ou pour un non ? Parce qu’on peut hein !

Could I take her to bed? Would she want to, knowing what she knows about me now? Hell, I have no idea. Do I just ask her?
On va dire que ça peut être un bon début pour avoir des infos oui…

But she’s turning me on, biting her lip again. I point it out and she apologizes.
“Don’t apologize. It’s just that I want to bite it, too, hard.”
Her breath hitches.
Oh. Maybe she’s interested. Yes. Let’s do this. My decision is made.
Le mec décide de coucher avec une nana comme je décide d’aller m’acheter une religieuse ou de me commander une pizza. C’est magique ^^;

“Come,” I offer, holding out my hand.
“What?”
“We’re going to rectify the situation right now.”
« Rectifier la situation ». On parle toujours de faire du sexe avec quelqu’un ou de revoir un bilan comptable ? @.@?

“What do you mean? What situation?”
“Your situation. Ana, I’m going to make love to you, now.”
“Oh.”
C’est vrai qu’annoncé comme ça, ça vend tellement du rêve ! (non)

“That’s if you want to. I mean, I don’t want to push my luck.”
Oui c’est vrai, accessoirement lui DEMANDER SON AVIS, ça peut le faire en passant. Mais juste comme ça quoi -___-

“I can make an exception, or maybe combine the two, we’ll see. I really want to make love to you. Please, come to bed with me. I want our arrangement to work,
Mec, elle a tout juste commence à poser des question y a AUCUNE arrangement à part dans ton slip

but you really need to have some idea what you’re getting yourself into.
C’est vrai que se faire tringler vite fait ça va vachement éclairer sa lanterne -_-

We can start your training tonight—with the basics. This doesn’t mean I’ve come over all hearts and flowers—it’s a means to an end, but one that I want, and hopefully you do, too.” The words rush out in a torrent.
Hmmmm nos jolis nuages ont pris de superbes couleurs ! Jaune moutarde, vert cyanure… c’est charmant n’est-ce pas ? ^o^? (indice : non)

Her cheeks pink.
Come on, Ana, yes or no. I’m dying here.
“But I haven’t done all the things you require from your list of rules.”

Her voice is timid. Is she afraid? I hope not. I don’t want her to be afraid.

“Forget about the rules. Forget about all those details for tonight. I want you. I’ve wanted you since you fell into my office,
LYING LIAR WHO LIES !! Tu pensais que c’était un crapaud cornu et tu la regardais comme un rat de labp èé

and I know you want me. You wouldn’t be sitting here calmly discussing punishment and hard limits if you didn’t. Please, Ana, spend the night with me.”
Ouiiiiiiii bien sûr, et « si les meufs avaient pas envie elles boiraient pas en soirée et porteraient pas de mini-jupe » mais quelle espèce de gros connard de merde c’est pire que dans mon souvenir ! ôô

[Il lui retend la main et cette fois elle la prend. Il la serre contre lui. Ses angoisses sont en sourdine mais il suppute que c’est peut-être dû à la libido]
This girl confounds me, every step of the way. I’ve revealed my dark secret, yet she’s still here; she hasn’t run.
De toute façon elle a pas vraiment eu d’occasion de se faire la malle, sans vouloir être pessimiste.

[Il joue le latin lover à 10Yens et l’embrasse]
“Please, Ana, let me make love to you,” I whisper against her mouth.
“Yes,” she responds—and my body lights up like the Fourth of July.
Vous trouvez l’image ridicule ? Dites-vous qu’à côté de la « déesse intérieure » dans les trois tomes de mademoiselle, c’est très sérieux et fort comme métaphore (point + malgré tout : il lui demande son consentement.) (c’était quand même pas gagné)

[Dans un instant de clairvoyance il pense contraception. Heureusement, il a des préservatifs (il aurait pu être scoot) et enfin ils arrivent dans sa chambre. Il quitte montre, chaussures et chaussettes. Elle le regarde avec ses grands yeux et il hésite]
This is supposed to be a big deal for her, isn’t it? I remember my first time with Elena, how embarrassing it was…but what a heaven-sent relief.
Donc on le rappelle : Elena, amie de sa mère adoptive. Ho haiii glauquitude, fancy meeting you here!

[Il se dit qu’il devrait vraiment la renvoyer chez elle maaaaiiiis non, et puis en plus elle al ‘air d’en avoir envie aussi alors…]
“Do you want the blinds drawn?” I ask.
“I don’t mind,” she says. “I thought you didn’t let anyone sleep in your bed.”
“Who says we’re going to sleep?”
“Oh.”
MAIS QUELLE CRUCHASSE !!! >.<« 

Her lips form a perfect small o. My cock hardens further. Yes, I’d like to fuck that mouth, that o.
Christian. Back to business très vite parce que faut pas plaisanter à un moment.

Her breathing is shallow and quick. Her cheeks are rosy…she’s wary, but excited. She’s at my mercy, and knowing that makes me feel powerful.
Techniquement, elle est encore habillée donc elle peut se barrer et te planter là comme un gland quand elle veut (OMG ! Ça serait tellement MERVEILLEUX *.*) (mais ne rêvons pas -_-)

[Il s’approche et lui propose d’enlever sa veste, avant de lui demander si elle a idée à quel point il a envie d’elle]
Her skin is petal-soft beneath my fingertips as they glide down to her chin. She’s entranced—lost—under my spell. She’s already mine. It’s intoxicating.
Moi j’aurais plutôt dit que c’était une biche dans les phares d’un voiture lancée à 80km/h sur une route de campagne et que ça ne va pas bien se finir. Mais je suis peut-être pessimiste par nature, allez savoir…

“Do you have any idea what I’m going to do to you?” I murmur, and hold her chin between my thumb and forefinger.
On a déterminé que non y a au moins 3 pages. Faut suivre un peu !

[Il l’embrasse et en même temps lui retire son chemisier, tout en flippant de temps en temps parce qu’elle pose d’abord les mains sur ses biceps puis les laissent glisser jusqu’à ses joues et ses cheveux. Avant qu’elle puisse faire autre chose, il la pousse vers le lit (visiblement le jean est devenu persona non grata à un moment)]
Grasping her hips, I run my tongue just north of the waistband up to her navel. She tenses and inhales sharply. Fuck, does she smell and taste good,
Elle sait donc faire office des moyens d’hygiène communs. Bon point pour elle.

[Il ouvre son jean et glisse ses mains dedans]
I can’t stop myself. I want to shock her…test her boundaries right now. Not taking my eyes off hers, I deliberately lick my lips,
Je ne sais pas qui a décidé que c’était un truc sexy mais ça ne l’est pas. Genre du tout. (Ou alors c’est moi qui y suis hermétique ? Chais pas.)

[Il veut la choquer et vient humer sa petite culotte avant de lui retirer baskets et chaussettes puis son jean; Elle est étalée sur son lit et, outre se lamenter à haute voix sur « tout ce qu’il pourrait lui faire », il veut la titiller un peu plus (si tant est que l’on puise perturber un nénuphar)]
“You’re very beautiful, Anastasia Steele. I can’t wait to be inside you.”
My voice is gentle; I want to tease her some more, find out what she does know. “Show me how you pleasure yourself,” I ask, gazing intently down at her.
She frowns.

“Don’t be coy, Ana, show me.” Part of me wants to spank the shyness out of her.
She shakes her head. “I don’t know what you mean.”
Is she playing games?

“How do you make yourself come? I want to see.”
She remains mute. Clearly I’ve shocked her again. “I don’t,” she mutters finally, her voice breathless. I gaze at her in disbelief.

Even I used to masturbate, before Elena sunk her claws into me.
CETTE FEMME EST UNE DANGEREUSE PREDATRICE !! (Et avant je moquais de la tête de l’autre neuneu priapique hein, pas de notre nénuphar : y a aucune honte à ne pas savoir quelque chose, peu importe le domaine ^^)

She’s probably never had an orgasm—though I find this hard to believe.
Whoa. I’m responsible for her first fuck and her first orgasm. I’d better make this good.
Plutôt oui, c’est le minimum exigé par la bienséance. Nous ne sommes pas des rustres que diable !

[Il la bisouille tout partout ou presque et, comme nous sommes dans un bouquin, forcément, il lui fait avoir son premier orgasme juste en lui mordillant les tétons. Admettons. Quand ses mains voyagent un peu partout et finissent dans sa petite culotte, ce qu’il y trouve est définitivement trop intéressant pour remettre à plus tard : il la débarasse de sa culotte, vire son boxer, et met un réservatif]
I kneel up between her legs, pushing them farther apart. Anastasia watches me with—what? Trepidation? She’s probably never seen an erect penis before.
“Don’t worry. You expand, too,” I mutter.
Je ne sais pas ce qui est le plus risible dans l’histoire : ce qu’il pense ou ce qu’il dit ? D’un autre côté, même avec Internet, quand on voit l’état de l’éducation sexuelle de nos jours… :-/

[Il redemande quand même si elle veut rament (bon point pour lui) et comme elle répond un « please », il n’hésite plus. Quelques ajustement géographiques histoire que tout le monde soit à l’aise et]
I position myself so I can take her at my whim. Her eyes are open wide, imploring me. She really wants this…as much as I do. Should I be gentle and prolong the agony, or do I go for it?
I go for it. I need to possess her.
“I’m going to fuck you now, Miss Steele. Hard.”
Wait WHAT??? O.O

One thrust and I’m inside her.
F. U. C. K.
She’s so fucking tight. She cries out.
Shit! I’ve hurt her.
BAH EN MEME TEMPS EN FAISANT UN TRUC PAREIL C’ETAIT A PREVOIR SINISTRE DEBILE !!

[Pseudo envolée lyrique bis, car monsieur a trouvé excellent fourreau pour sienne épée (ben quoi ? Moi aussi je peux faire du mauvais Harlequin si je veux !)]
It’s such an extraordinary, exquisite feeling: her body cradling my cock. I push into her again and claim her, knowing no one has before.
… sérieux un jour il faudra que l’on m’explique ce mythe de « personne y a été avant ». C’est pas l’Everest ni la lune c’est bon ! C’est juste un trou caverneux et humide ! Oo

[Forcément ça se termine dans un orgasme fabuleux pour tout le monde, manquerait plus que ça soit un barbare (oh, wait…)]
“Did I hurt you?” I ask, and I tuck her hair behind her ear, because I don’t want to stop touching her.
Ana beams with incredulity. “You are asking me if you hurt me?”
And for a moment I don’t know why she’s grinning.
J’avoue la question est pertinente du coup ^^;;;

Oh. My playroom.
“The irony is not lost on me,” I mutter. Even now she confounds me.
Oui ça s’appelle le sens de l’humour Christian, mais tu verras, tu finiras par t’habituer (on n’ira pas dire que tu vas en avoir un aussi, ne poussons pas non plus)

[Il gronde parce qu’elle ne lui répond pas et que même si elle a l’air d’avoir aimé, il a besoin d’avoir sa confirmation. Il en profite pour se débarrasser du préservatif, et ne profite pour nous faire savoir qu’il déteste ces trucs-là]
She peers up at me. “I’d like to do that again,” she says with a shy giggle.
… Je ne sais pas pourquoi mais cette phrase me met profondément mal à l’aise. Peut-être le « shy giggle » ? Le « do that » genre « je sais pas trop ce que c’est mais c’était cool » ? Le tout ? J’en sais rien @_@

What?
Again?
Already?

Ben quoi tu vas pas te plaindre en plus si ?

“Would you now, Miss Steele?” I kiss the corner of her mouth. “Demanding little thing, aren’t you? Turn on your front.”
That way I know you won’t touch me.
She gives me a brief sweet smile, then rolls onto her stomach. My cock stirs with approval.

[Il s’installe sur elle une fois qu’elle est sur le ventre et lui fait écarter les jambes autant qu’il peut pour éviter qu’elle bouge trop (on ne fera pas de commentaire)]
Her breath catches and I hope it’s with anticipation.
Faut avouer que ça serait mieux que si c’était de peur oui…

She stills beneath me.
Finally!
I palm her ass as I ease my weight onto her. “I’m going to take you from behind, Anastasia.”

With my other hand I grab her hair at the nape and tug gently, holding her in place. She cannot move. Her hands are helpless and splayed against the sheets, out of harm’s way.
“You are mine,” I whisper. “Only mine. Don’t forget it.”
Tu peux aussi lui marquer « propriety of Christian Grey » sur la fesse au Sharpie, c’est aussi simple…

[Il la caresse un moment et la pénètre du pouce; Pour tester jusqu’où elle peut aller il lui demande de le sucer peu après et forcément, il imagine autre chose à la place du pouce…]
“I want to fuck your mouth, Anastasia, and I will soon.” I’m breathless.
… et lui laisser le choix peut-être ? Non ?

She closes her teeth around me, biting me hard.
Ow! Fuck.

[Forcément il pense à toutes les punitions qu’il pourrait lui infligée si elle était sa soumise, et forcément, ça a son effet sur son anatomie… Il chope donc un autre préservatif, lui ordonne de ne pas bouger et prend le temps d’admirer le tableau qu’elle présente, sur le ventre sur son lit immobile, à sa merci]
Leaning over her again, I grasp her hair and hold her so she can’t move her head.
“We’re going to go real slow this time, Anastasia.”

“You feel so good,” I tell her, and repeat the move again, circling my hips as I go. Slowly. In. Out. In. Out. Her insides start to tremble.
“Oh no, baby, not yet.”
Oui alors comment dire, c’est pas forcément toi qui décide choupinou…

No way am I letting you come.
Not when I’m enjoying this so much.
Et altruiste avec ça… -_-

“Oh, please,” she cries.
“I want you sore, baby.” I pull out and sink into her again. “Every time you move tomorrow, I want you to be reminded that I’ve been here. Only me. You are mine.”
Non mais vraiment j’insiste : un Sharpie et ça fait la rue Michel hein…

“Please, Christian,” she begs.
“What do you want, Anastasia? Tell me.” I continue the slow torture. “Tell me.”
“You, please.” She’s desperate.
She wants me.
Good girl.
J’ai la curieuse impression d’être au début d’un épisode d’Esprits Criminels ^^;

[Il continue son manège un moment]
Her limbs tremble with the strain of keeping still. She’s on the edge. “Come for me, baby,” I growl.
And on command she shudders around me as her orgasm rips through her and she screams my name into the mattress.

“Fuck. Ana,” I whisper, drained yet elated. I pull out of her almost immediately and roll onto my back. She curls up at my side, and as I pull off the condom, she closes her eyes and falls asleep.
Eh bien voilà, comme ça tu vas pas te plaindre qu’elle te demande encore des trucs !

 

Maintenant que leur liaison est (plus ou moins) effective, va-t-on ENFIN trouver notre zizi qui parle ? Notre nénuphar va-t-il continuer sa mutation étrange et pas du tout crédible ? La suite au prochain épisode !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s