Grey : 50 nuances de zizi qui parle (11)

Comme toujours, l’index des chapitres précédents, au cas où.

Résumé des épisodes précédents : notre stalker des buildings a récupéré notre nénuphar saoul et l’a ramené à sa chambre d’hôtel, où il l’a déshabillée sans demander son avis à quiconque et encore moins à la première concernée (quand on vous dit que c’est un garçon charmant !) (non). Il l’a installée dans son lit et a sorti son ordi pour bosser un peu. En même temps il a envoyé un mail à Taylor pour lui demander de livrer des vêtements – sous-vêtements inclus – neufs pour Ana à sa suite avant 10h.

En avant pour un nouveau chapitre !

Saturday, May 21, 2011
(chap. 6 – part 1)

Nearly two hours later, I come to bed. It’s just after 1:45. She’s fast asleep and hasn’t moved from where I left her.
Ou peut-être aussi qu’elle est coma éthylique, pour ce que tu en sais…

I strip, pull on my PJ pants and a Tshirt, and climb in beside her. She’s comatose;
AH !!! (perso je m’inquiéterais un peu tout de même) (mais je sais pas je dois être bizarre)

it’s unlikely she’s going to thrash around and touch me.
… ok donc le gars a peut-être une meuf en train de mourir dans son pieu et le seul truc auquel il pense c’est « HIII don’t touch me! »
Je veux bien que ça soit une phobie, mais quand même ! Au pire t’es dans une SUITE, y a un CANAPÉ : DORS DEDANS !! èé (oui je sais, je crie encore)

[A un moment il se sent pas super mais il repousse ses angoisses parce qu’il la regarde respirer et respire en synchro avec elle]
For seconds, minutes, hours, I don’t know, I watch her. And while she sleeps I survey every beautiful inch of her lovely face. Her dark lashes fluttering while she sleeps, her lips slightly parted so I glimpse her even white teeth. She mutters something unintelligible and her tongue darts out and licks her lips. It’s arousing, very arousing. Finally I fall into a deep and dreamless slumber.
Suis-je la seule que ce passage met très mal à l’aise ? (oui, oui c’est une vraie question).

 

IT’S QUIET WHEN I open my eyes, and I’m momentarily disoriented. Oh yes. I’m at The Heathman. The clock at my bedside says 7:43.
When was the last time I slept this late?
Nous n’avons pas tout à fait la même définition du « this late » je crois. Mais pourquoi pas après tout ^^;

[La raison de cette grasse matinée ? Ana, bien entendu. Il tourne la tête et la voit qui dort à côté de lui, sur le flanc, elle lui fait face. Et bien sûr, elle est magnifique quand elle dort, vous pensez bien…]
I have never slept with a woman. I’ve fucked many, but to wake up beside an alluring young woman is a new and stimulating experience. My cock agrees.

This will not do.
NOOOON ! Il va être en conflit avec ses attributs virils en plus ? ôô

[Même s’il n’en a pas envie (discipline, discipline ♥), il sort du lit et va se mettre en tenue de course. Il doit brûler cet « excès d’énergie » (hum…) et tout en s’habillant, se demande depuis quand il n’a plus si bien dormi. Il allume son ordi, répond à 3 mails mais ça lui prend plus de temps que d’habitude car…]
I’m distracted knowing that Ana is asleep in the next room. I wonder how she’ll feel when she wakes.
Hungover. Ah.

[Il chope du jus d’orange dans le mini bar et le verse dans un verre avant d’aller dans la chambre et creepy time again : elle dort toujours et il l’observe]
Her T-shirt has ridden up, exposing her belly and her navel. The sight stirs my body once more.
Stop standing here ogling the girl, for fuck’s sake, Grey.
Oui ça serait pas mal d’arrêter en effet. Ça devient de plus en plus glauque quand même.

I have to get out of here before I do something I’ll regret.
Je ne sais pas pourquoi mais quand je lis ça, j’entends vraiment un « regret de la toucher » et pas « regret de faire un truc pas légal ». Je ne sais pas si je suis très claire mais en tout cas ce qu’il faut en retenir ? Ouais, c’est toujours aussi flippant.

 

[Quand il revient de son footing, il trouve un sac dans le salon de la suite d’une boutique qu’il ne connait pas : ce sont bien les vêtements neufs pour Ana. A vue de nez, ça lui convient, et avant 9h. Il est content (ça change avouez)]
Her purse is on the sofa where I dropped it last night, and the door to the bedroom is closed, so I assume she’s not left and that she’s still asleep.
… oui et puis en même temps elle est un peu en culotte et en t-shirt, le reste de ses fringues file au room service pour nettoyage. Donc de toute façon elle ne risque pas d’aller bien loin.

[Il est soulagé (ce type est un neuneu) et décide, de façon arbitraire et totalement dictatoriale que, 1. Quand elle se réveillera elle aura faim donc il commande des trucs au room service et 2. Qu’elle assez dormi donc il va la réveiller (CHAR-MANT ON VOUS DIT !)]
Grabbing my workout towel and the shopping bag, I knock on the door and enter. To my delight, she’s sitting up in bed. The tablets are gone and so is the juice.
Good girl.
Non mais il faut qu’il arrête avec ça, je vais finir par me dire qu’il stalke un caniche de cirque

She pales as I saunter into the room.
Ah, si seulement elle se rendait compte…. =__=

Keep it casual, Grey. You don’t want to be charged with kidnapping.
Ah ben oui ça ferait désordre dans les journaux people, tu penses ! Mais qu’elle puisse avoir peur d’être moitié à poil dans la chambre et le lit d’un inconnu par contre ça…

[Il joue le mec cool, lui dit bonjour et lui demande comment elle va, bien mieux que ce qu’elle mérite d’après elle]
When she turns her gaze to me her eyes are impossibly big and blue, and though her hair is a tangled mess…she looks stunning.
Ce genre de phrase me donne envie de casser des trucs. Non mais pour de vrai. « HAN ! Même sans 3kg de ripolin sur la tronche et 4h de coiffure, sans aucune artifice à la con, elle est jolie !?! » ET C’EST UNE MEUF QUI A ECRIT CA PUTAIN !!! BIEN SUR QUE LES GENS SONT BEAUX SANS ARTIFICES SOMBRE TROU DU CUL !! èé (oui je sais je cri encore) (et je suis vulgaire) (mais là y a de quoi)
Alors soit, c’est Julian qui le pense, bon, admettons. Mais quand même ça m’agace !

“How did I get here?” she asks, as though she’s afraid of the answer.
EN FLOTTANT SUR UN TAPIS SOMBRE NOUILLE !

Reassure her, Grey.
Mais non voyons, RACONTE LUI DES TRUCS HORRIBLES POUR LA TRAUMATISER ! \o/

I sit down on the edge of the bed and stick to the facts.
Oui ça vaut mieux oui. Déjà que les faits sont pas brillants…

“After you passed out, I didn’t want to risk the leather upholstery in my car, taking you all the
way to your apartment. So I brought you here.”
…. Ce mec a les compétences sociales d’une passoire à thé -__-« 

[S’en suit un dialogue complètement ubuesque à base de captain-obviousing sauvage jusqu’à ce qu’elle pose LA question qui tue]
“We didn’t—?” she whispers, staring at her hands.
Christ, what kind of animal does she think I am?
D’une : si c’était le cas ça serait pas flatteur pour le monsieur et de deux, de ce qu’on en a vu jusque-là, y a plus grand-chose qui peut nous surprendre…

[Il lui explique que la nécrophilie c’est pas son truc, avant de se demander si un truc pareil lui est déjà arrivé. Avant de se souvenir que la veille elle lui a dit qu’elle n’avait jamais été saoule avant. Du coup il est soulagé que ça ne soit pas une habitude chez elle. Elle lui dit qu’elle est désolée, la pauvre fait pas la fière, et lui comme un débile, répond que ce fut une soirée particulière qu’il n’est pas près d’oublier, en espérant que ça soit conciliatoire mais à l’évidence…non.]
“You didn’t have to track me down with whatever James Bond gadgetry you’re developing for the highest bidder.”
Whoa! Now she’s pissed. Why?
Oh ben oui alors, POURQUOI EST-ELLE FÂCHÉE QU’UN PRESQUE INCONNU AIT TRAQUE SON PORTABLE ?? Les gens ont de ces idées farfelues des fois ! C’est fou tout de même -___-

[Il s’échauffe un peu et explique que les moyens de traquer un portable sont dispo sur le net (il a joute dans sa tête « le dark net ») qu’il ne développe pas ce genre de truc et qu’enfin, s’il n’avait pas fait ça, elle serait sans doute dans le lit du photographe, et que s’il se souvient bien, elle n’avait pas l’air super engagée par ses propositions]
She blinks a couple of times, then starts giggling.
She’s laughing at me again.
MWUHAHAHAHA ! XD (non je ne m’en lasse pas)

“Which medieval chronicle did you escape from? You sound like a courtly knight.”
Mouais. Ben alors clairement on a pas la même définition de « courtly knight ». D’un autre côté, j’ai des standards un poil plus élevés que ceux d’un nénuphar…

[Son irrévérence lui plait, c’est rafraichissant. Malgré tout il lui dit qu’il serait plutôt un dark knight (NON je ne ferai pas de blague idiote) avant de changer de sujet : a-t-elle mangé ? Non, comme il s’en doutait. Il la gronde donc parce que boire et ne pas manger c’est très con. La discussion continue, ça parle de gronder et d’être grondé, et il finit par lui dire que si elle était à lui, elle ne pourrait plus s’asseoir pendant une semaine après avoir pris autant de risques, mais Ana réfute l’argument : elle était avec Kate, et José ? Il a juste dépassé les limites]
“Well, the next time he gets out of line, maybe someone should teach him some manners.”
“You’re quite the disciplinarian,” she snaps.
“Oh, Anastasia, you have no idea.”
Non. Parce qu’elle a l’intelligence d’une passoire à thé. N’importe quelle autre meuf aurait déjà appelé la police.

An image of her shackled to my bench, peeled gingerroot inserted in her ass so she can’t clench her buttocks, comes to mind, followed by judicious use of a belt or strap. Yeah…That would teach her not to be so irresponsible.
The thought is hugely appealing.
Pourquoi du gingembre ??? En fait non, oublions ça, je préfère ne pas savoir pourquoi il préfère violenter des légumes au lieu d’utiliser un truc fait pour ça.

[Elle le fixe les yeux ronds et un moment il se demande si elle lit dans se pensées ou si elle regarde juste son joli minois. Au final, il l’informe qu’il va à la douche, sauf si elle veut y aller en premier, et que le petit déjeuner sera là dans un quart d’heure, et donc, faute de réponse, passe le premier à la salle de bain]
I’m half tempted to jerk off, but the familiar fear of discovery and disclosure, from an earlier time in my life, stops me.
Elena would not be pleased.
Old habits.
Pour vous décrire à quel point cette phrase me révulse parce que cette relation est abjecte, il faudrait que je relise au moins le tome 1 et je n’ai pas le courage…

As the water cascades over my head I reflect on my latest interaction with the challenging Miss Steele. She’s still here, in my bed, so she cannot find me completely repulsive.
Ou encore une fois, vu qu’elle est moitié à poil, elle est coincée…

[Il réfléchit en rond sous la douche : elle est innocente, ne pourrait sans doute pas des trucs comme « sexe » ou « baier » ou tout autre truc du genre, mais a dû quand même avoir quelques séance tripotage comme avec le photographe. Et cette idée le dérange]
I could just ask her if she’s interested.
No. I’d have to show her what she’d be taking on if she agreed to a relationship with me.
Let’s see how we both fare over breakfast.
C’est vrai ça, un petit déjeuner c’est tellement le prélude à une relation sub/dom… -___-

[Il sort de la douche, la voit chercher ses affaires, lui dit où elles sont et pourquoi, et lui indique que le sac sur la chaise est pour elle. Elle dit qu’elle va à la douche et remercie]
Grabbing the bag, she dodges around me, darts into the bathroom, and locks the door.
Hmm…she couldn’t get into the bathroom quick enough.
Away from me.
Oui. Ou juste qu’elle est en culotte, devant un quasi inconnu, tout nu en serviette ? Enfin encore une fois JE NE SAIS PAS JE SUPPUTE ! Sérieux y a de quoi vouloir facepalmer avec une table en chêne…

[Il se sèche, s’habille, check ses emails, mais le petit déj est là. Une brune du room service lui fait de l’œil mais ça l’intéresse pas, il prévient Ana que le petit dèj est arrivé et s’attaque à son omelette avec son journal. Elliot lui envoie un texto : Kate veut savoir si Ana est vivante, il répond que oui. Elle débarque, il lui dit de venir s’asseoir et elle s’attaque au petit déj aussi]
“Thank you for the clothes,” she adds.
“It’s a pleasure, Anastasia. That color suits you.”
She stares down at her fingers.
“You know, you really should learn to take a compliment.”
Perhaps she doesn’t get many…but why? She’s gorgeous in an understated way.
Ah tiens donc ! Elle est magnifique maintenant ? C’est plus un crapaud mal fagoté comme la première que tu l’as vue ? BITE A PATTES VA ! èé/

[Ils discutent : ça part d’Ana qui tient à lui rembourser les vêtements neufs avec l’autre crétin qui ne pige pas pourquoi (à base de « je peux les acheter, je suis riche ! »), puis ça revient sur pourquoi il lui a envoyé les livres, ce qu’il explique en concluant que même s’il est pas bon pour elle y a un truc chez elle qui l’empêche de rester à distance. Elle lui dit qu’il n’a pas à le faire, au plus grand choc de monsieur, mais elle insiste pour qu’il lui explique. Conclusion : non il n’est pas abstinent]
I have to show her. It’s the only way I’ll know. “What are your plans for the next few days?” I ask.
ICEBERG IN VIEW ICEBERG IN VIEW TURN YOUR WAY TITANIC

[S’en suit une discussion sur son emploi du temps qui dirige sur leur déménagement à Seattle avec Kate, elles habiteront pas loin de chez lui en plus, et sur les boites où elle a postulé pour des stages. Dans sa boite à lui ? Non. Y a un jeu de mot sur « company » et il lui demande si elle se moque]
She examines her plate, chewing at her lip.
“I’d like to bite that lip,” I whisper, because it’s true.
Her face flies to mine and she shuffles in her seat. She tilts her chin toward me, her eyes full of confidence. “Why don’t you?” she says quietly.
Le truc le plus irréaliste de ce côté-ci de la galaxie : le nénuphar qui flirte. Je rappelle qu’il y a même pas 4 chapitres, cette meuf savait tout juste qu’elle est un être conscient et pas une plante ornementale…

Oh. Don’t tempt me, baby. I can’t. Not yet.
“Because I’m not going to touch you, Anastasia—not until I have your written consent to do so.”
“What does that mean?” she asks.
Ben qu’il a besoin de ton consentement écrit, COMME IL VIENT DE LE STIPULER AVEC CLARTE ! C’est pas possible d’être aussi neuneu !

[Il lui explique qu’il doit lui montrer, propose des dates pour diner. Elle tranche : le soir-même. Ensuite c’est show off time : il appelle Taylor. Il lui faut Charlie Tango, son hélico, et que son pilote soit prêt aussi au cas où elle ne voudrait plus le voir une fois qu’il lui aura donné une idée, et se rend compte au passage qu’il est content à l’idée d’emmener quelqu’un dans Charlie tango. C’est une première.]
“Do people always do what you tell them?” she asks, and the disapproval in her voice is obvious. Is she scolding me now? Her challenge is annoying.
Faut savoir : c’est caleçon-revigorant ou pas qu’elle soit jamais d’accord avec toi ?

“Usually, if they want to keep their jobs.” Don’t question how I treat my staff.
Pas besoin : rien qu’avec cette phrase tu ‘es collé une étiquette « gros con » tout seul comme un grand.

[Il lui explique qu’il viendra la chercher à son boulot qu’ils voleront jusqu’à Seattle. Oui il a hélico. Elle est impressionnée. Conclusion ? Parfois c’est fucking cool d’être lui. Il lui dit de termienr son petit déjeuner et ça l’interpelle donc il insiste et finit par dire qu’il n’aime pas voir gâcher de na nourriture]
“Eat what’s on your plate. If you’d eaten properly yesterday, you wouldn’t be here, and I wouldn’t be declaring my hand so soon.”
Hell. This could be a huge mistake.
Même si c’est le cas, c’est trop tard…

[Elle termine, encore un « good girl », et elle va se sécher les cheveux, mais en chemin elle s’interroge]
“Where did you sleep last night?” she asks.
“In my bed.” With you.
Creeeeeepy…

“Oh.”
“Yes, it was quite a novelty for me, too.”
“Not having…sex.”
She said the s-word…and the telltale pink cheeks appear.
“No.”
How can I tell her this, without it sounding weird?
Just tell her, Grey.
“Sleeping with someone.” Nonchalantly, I turn my attention back to the sports section and the write-up on last night’s game, then watch as she disappears into the bedroom.
No, that didn’t sound weird at all.
Franchement ? Non. Après tout ce qui s’est déjà passé de louche dans cette histoire, c’est même plutôt léger je dirais.

[Elle va sécher sa crinière, lui envoie un mail à Andrea, son assistante, pour avoir un NDA… flûte, un truc légale pour dire qu’elle a pas le droit de parler de ce qu’il lui dira sous peine de poursuites. Il appelle la réception pour qu’on sorte sa voiture, il a Ros au téléphone, Ana finit par sortir de la salle de bain, ils sortent et prennent l’ascenseur]
In the confines of the elevator, I’m completely aware of her. A trace of her sweet fragrance invades my senses…Her breathing alters, hitching a little, and she peeks up at me with a bright come-hither look.
Oui alors non, encore une fois, un nénuphar adolescente ne devient pas femme fatale en un claquement de doigt -_-

Shit.
She bites her lip.
She’s doing this on purpose.
Non, c’est un tic nerveux elle le fait tout. Le. Temps.

And for a split second I’m lost in her sensual, mesmerizing stare. She doesn’t back down.
I’m hard.
Instantly.
SOS priapisme bonsoaaaaar ! ^______^

I want her.
Here.
Now.
In the elevator.
“Oh, fuck the paperwork.”
Ok j’avoue, la remarque m’avait fait glousser dans le tome 1, et c’est toujours le cas ^^;

[Forcément il lui attrape les poignets et la plaque contre la paroi de l’ascenseur, forcément il l’embrasse et forcément on a le droit à une envolée pseudo lyrique digne d’un (mauvais) Harlequin. A un moment le baiser s’arrête, l’ascenseur aussi et les portes s’ouvrent.]
Get a fucking grip, Grey.
I push myself off her and stand beyond her reach.
She’s breathing hard.
As am I.
When was the last time I lost control?
A peu près tous les quarts d’heure depuis le début de cette histoire. Une autre question ?

[Des types montent, leur jettent le regard de Ceux Qui Savent, et descendent à l’arrêt suivant. Discussion sur le lavage de dent de mademoiselle avec la brosse à dents de monsieur, et… ça lui plait. Ca le fait même sourire]
I take her hand as the elevator doors open on the ground floor, and I mutter under my breath, “What is it about elevators?” She gives me a knowing look as we stroll across the polished marble of the lobby.
Non elle ne knowing look rien du tout ELLE NE SAAVAIT MEME PAS QU’ELLE AVAIT UNE LIBIDO Y A 5MN !! Restons sérieux enfin ! (mais la remarque est fun, quand même XD)

[Ils prennent la voiture, ça parle goût musicaux (il est tout content qu’elle aime un de ses morceaux préférés, on dirait un bébé chien tout fier de rapporter une baballe, c’est cute). Il prend un appel de Welch, il a les infos sur José, et un d’Andrea, elle lui a mailé la paperasse. Une fois la conversation finie, il a du mal à garder les yeux sur la route car il veut l’observer]
I want to stare at her. For all her maladroitness, she has a beautiful neckline, one that I’d like to kiss from the bottom of her ear right down to her shoulder.

[Troisième appel : Elliot. Qui commence par demande s’il a tiré son coup. On rappelle que Christian est en hautparleur dans la voiture avec Ana. La classe… Au final ils concluent qu’il raccompagne Ana et prendra son frère au passage. Discussion sur son prénom ensuite : elle préfère « Ana » mais lui persiste à l’appeler « Anastasia »]
“Ana” is too everyday and ordinary for her. And too familiar. Those three letters have the power to wound…
And in that moment I know that her rejection, when it comes, will be hard to take. It’s happened before, but I’ve never felt this…invested. I don’t even know this girl, but I want to know her, all of her. Maybe it’s because I’ve never chased a woman.
Grey, get control of yourself and follow the rules, otherwise this will all go to shit.
Alors d’un côté c’est chou, il a crush pour la première fois de sa vie, mais de l’autre, ça reste quand même le mec le plus glauque de l’univers… @.@

[Il lui explique que ce qui s’est passé dans l’ascenceur ne se reproduira plus, sauf si c’est planifié. Du coup elle fait silence jusqu’à ce qu’ils arrivent à son appart’ et qu’ils descendent]
As she steps onto the sidewalk, she gives me a fleeting glance. “I liked what happened in the elevator,” she says.
You did? Her confession halts me in my tracks. I’m pleasantly surprised again by little Miss Steele.
… alors non en fait elle a détesté mais n’a rien dit parce qu’elle est polie. MAIS QUE QUELQU’UN FRAPPE CE BOULET DE l’ESPACE ! >.<

[Ils montent à l’appart’ où Kate et Elliot attendent (Ana et Kate son coloc) et à la surprise générale, l’homme-phallus, aka Elliot donc, n’a pas l’air pressé de partir]
Kavanagh jumps up and gives me a critical once-over as she hugs Ana.
What did she think I was going to do to the girl?
I know what I’d like to do to her…
Je sais pas elle voit que t’es un type creepy chelou qui envoie des cadeaux hors de prix avec des criptic citations et que tu stalk les gens via leur portable. ON APPELLERAIT LA POLICE POUR MOINS QUE CA !! Et quand on voit ce qui te passe par la tête en plus… -_-

[Kate est rassurée et tout le monde se dit bonjour à grand renfort de câlins (?)]
Elliot hugs Ana, holding her for a moment too long.
“Hi, Ana,” he says, all fucking smiles.
“Hi, Elliot.” She beams.
Okay, this is becoming unbearable. “Elliot, we’d better go.” And take your hands off her.
…. Non mais c’est bon c’est ton FRERE ! Et il a une meuf qu’il vient de culbuter juste à côté !!! /°o°\

[Il embarque son frangin qui explique qu’il a besoin de dormir (apparemment il a été très occupé la nuit) et ils retournent à l’hôtel. Notre maniaque préféré fait un tour de ses emails, et y a rien dans le casier judiciaire de José, outre une amende pour possession de marijuana. Il espère qu’il ne fume pas en présence d’Ana et même ! Qu’elle ne fume pas tout court. On a envie de l’envoyer découvrir la sodomie avec des cactus, une fois de plus, puis Elliot se réveille et propose d’aller faire une rando. Il se souvient des promenades avec son frère, sa sœur et leurs parents adoptifs et puis son esprit tordu revient à Ana]
I picture her sleeping beside me, soft and small…and my cock twitches with expectation. I could have woken her and fucked her then—what a novelty that would have been.
Eeeeet… lui demander son avis ? Oui ? Non ? C’est en option ?

I’ll fuck her in time.
I’ll fuck her bound and with her smart mouth gagged.

 

[On le retrouve devant la boutique où bosse Ana. C’est presque la fermeture, il attend et il n’aime pas ça (pauvre poussin)]
Even the long hike with Elliot today has not dampened my restlessness. He’s having dinner with Kate this evening at The Heathman. Two dates on consecutive nights is not his usual style.

[Enfin les lumières s’éteignent à l’intérieur de la boutique, elle sort. Un jeune type qu’il ne connait pas sort avec elle et regarde partir son arrière train. Forcément ça ne lui plait pas donc il sort lui-même de sa voiture pour lui tenir la portière mais manque de bol, l’inconnu est déjà rentré (perduuuuu !) ils se disent bonsoir, et ils s’installent tous les deux]
“How was work?” I ask, enjoying the feel of her hand in mine.
“Very long,” she says, her voice husky.
Bien, alors on va s’arrêter un instant là-dessus. Je sais que c’est de son point de vue à lui, mais malgré tout, rappelons que notre amie Ana est un nénuphar qui n’avait pas de libido y a trois jours de ça. Donc « husky » ? Non. Juste pas possible. -5468 en crédibilité.
Je ne sais pas si c’est parce que je me suis tortoré le tome 1 où on a droit à ses circonvolutions perso et où on admire le vide abyssale entre ses deux oreilles (sérieux, elle est pas fine, mais alors plus ça passe, pire c’est), mais je crois que c’est le truc le plus ridicule et non crédible que j’ai pu lire.

[Elle lui demande ce qu’il a fait, il explique, et elle regarde leurs mains liées et…]
Her breath catches and her eyes meet mine. In them I see her longing and desire…and her sense of anticipation.

[Ils arrivent à l’héliport, y a un passage dans un ascenseur mais il se passe rien, il récupère son plan de vol et en voiture Simone en hélico Ana]
“Over there,” I order, pointing to the front passenger seat. “Sit. Don’t touch anything.” I’m amazed when she does as she’s told.
Non, non elle est conne ET suicidaire donc elle va tripoter tous les petits boutons qu’elle va trouver sur son passage. Mais quel bouleeeeeeeet !! >.<

[Il l’installe et lui met le harnais de sécurité (I see what you’re doing here boy… èé), fait les check d’usage, a le go de la tour de contrôle, et ils décollent. Ils volent pendant un moment et puis..]
“Do you always impress women this way? ‘Come and fly in my helicopter’?”
“I’ve never brought a girl up here, Anastasia. It’s another first for me. Are
you impressed?”
“I’m awed, Christian,” she whispers.
“Awed?” My smile is spontaneous. And I remember Grace, my mother, stroking my hair as I read out loud from The Once and Future King.
… oui, non, alors là, ça devient vraiment super louche. Laissons Grace en dehors de ça, la pauvre femme n’a rien demandé !

[Ils finissent par arriver à destination. Il retire son harnais et va pour lui retirer le sien et elle le regarde avec ses grands yeux de biche et ça lui fait des trucs (comme à chaque fois vous me direz)]
“You don’t have to do anything you don’t want to do. You know that, don’t you?” She needs to understand this. I want her submission, but more than that I want her consent.
Bon, au moins on peut lui reconnaitre ça. Encore que. Quand on sait la suite…

[Ils descendent de l’hélico, prennent l’ascenseur et arrivent chez lui. C’est grand, Ana est gênée, il est pas mieux, il propose de prendre sa veste, elle veut pas, il propose du vin, elle dit oui, il sert un Pouilly-Fumé. Il propose de dîner quand il la voit pâle comme un linge et elle répond que c’est super grand chez lui (non, on ne cherche pas). Ca discute en rond puis elle demande s’il en joue, en parlant du piano, ils discutent encore et finissent par s’installer dans le canapé. Ils en viennent aux bouquins et elle lui demande pourquoi Tess of the d’Urbervilles spécifiquement, parce qu’elle aime l’auteur, mais elle insiste]
“It seemed appropriate. I could hold you to some impossibly high ideal like Angel Clare or debase you completely like Alec d’Urberville.” My answer is truthful enough and has a certain irony to it. What I’m about to propose I suspect will be very far from her expectations.
Au risque de radoter, on expecte rien du tout : elle c’est un nénuphar qui flotte, et toi t’es un chat noir de salon qui se prend pour une panthère de la jungle.

“If there are only two choices, I’ll take the debasement,” she whispers.
J’ai envie de dire « OOC » même si c’est pas une fic. Mais d’un autre côté… la meuf a jamais eu la moindre envie, même pas la plus petite micro pulsion, elle voit pas les mecs qui la reluquent et d’un coup ELLE FLIRTE ! C’est tellement pas crédible…

Damn. Isn’t that what you want, Grey?
“Anastasia, stop biting your lip, please. It’s very distracting. You don’t know what you’re saying.”
Alors d’une, je l’imagine avec la lèvre inférieure complètement boulotée, un truc qui donne super pas envie, mais c’est parce que j’ai l’esprit tordu. Et sinon… Peut-elle exprimer une opinion sans que tu fasses chier, l’aspirant dictateur priapique ?? èé

 

Notre gentil nénuphar va-t-il enfin ouvrir les yeux ? Christian va-t-il enfin se décider pour savoir s’il veut la fesser toutes les semaines ou s’il est trop mauvais pour elle ? Puisqu’il a donné des signes de vie, va-t-on ENFIN avoir droit au zizi conscient ? La suite au prochain épisode !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s