Grey : 50 nuances de zizi qui parle (8)

Les chapitres d’avant, toujours à la même page.

Résumé des épisodes précédents : Christian tourne autour d’Ana comme un requin autour d’un phoque blessé mais sans croquer un morceau. Il veut, il veut pas, c’est un grand indécis. Il l’a invitée prendre un café pour lui faire des propositions douteuses, il lui a mis un râteau, et elle est partie, en petit nénuphar digne. Il s’en veut et trouve la solution : lui rappeler à quel point il est riche en lui offrant une première édition de Thomas Hardy (non, Christian n’est pas super doué en relation publiques).

Let’s go pour la suite (et la fin !) du chapitre 4 !

Thursday, May 19, 2011
(chap. 4 – part 2)

[Il vient d’arriver à Grey house, son building (cette histoire de trump-like m’effraie de plus en plus ôô)]
I nod and head into Grey House, the books tucked under my arm. The young receptionist greets me with a flirtatious wave.
Every day…Like a cheesy tune on repeat.
Ooooh, pauvre petit garçon riche qui a une vie monotone é.è (achevez-le ! èé)

Ignoring her, I make my way to the elevator that will take me straight to my floor.
Quand je vous disais que ce n’était qu’un goujat sans la moindre éducation ! SALE GOSSE ! èé/

[Il dit bonjour au gars de la sécurité qu’il connait par son prénom (on se passera de commentaire), discute avec lui de son fils, prend l’ascenseur et est accueilli par son assistante]
“Good morning, Mr. Grey. Ros wants to see you to discuss the Darfur project. Barney would like a few minutes—”
I hold my hand up to silence her.
… il lui manque plus que la perruque chelou et les chaussures à nœuds et on peut presque l’appeler Louis et le numéroter -_-

[Il lui dit ce qu’il veut faire – avoir son bonhomme louche qui enquête sur ls gens au téléphone et savoir quand son psy revient de vacances – avant de reprendre le programme du jour]
“And I need a double espresso. Get Olivia to make it for me.”
But looking around I notice that Olivia is absent. It’s a relief. The girl is always mooning over me and it’s fucking irritating.
Ooooh, pauvre petit garçon riche harcelé par toutes ces vilaines femelles insignifiantes éè (VA CREVER SALE RAT ! èé)

“Would you like milk, sir?” Andrea asks.
Good girl. I give her a smile.
On dirait qu’il est entouré de caniches savants MAIS QUE QUELQU’UN LE POUSSE DANS LES ESCALIERS NOM D’UN TECKEL !

“Not today.” I do like to keep them guessing how I take my coffee.
….. mais ça fait tellement pitoyable et beauf, dit comme ça. On dirait ces petits chefs qui déplacent exprès une réunion de 10h00 à 9h30 le jour même juste pour le plaisir de faire remarquer aux gens qu’ils sont en retard avant d’aller le baver au grand chef…

[Il finit par avoir Welch, le type louche, au bout du fil]
“The background check you did for me last week. Anastasia Steele. Studying at WSU.”
“Yes, sir. I remember.”
Ben j’espère pour toi ! Sinon soit tu as très peu de mémoire et c’est inquiétant pour ta santé cérébrale, soit tu fais des recherches sur tellement de gens que ce cher Christian fait passer le KGB de la grande époque pour des amateurs ôô

 

[Il est en rendez-vous avec Ros, la n°2 de son groupe : ils parlent projets, Darfour, tax breaks, pot-de-vin (Christian est un homme plein de ressources, dans tous les sens du terme), quand son téléphone sonne]
My watch says 11:30. That was quick. “Put him through.”
I signal for Ros to stay.
“Mr. Grey?”
“Welch. What news?”
“Miss Steele’s last exam is tomorrow, May twentieth.”
Damn. I don’t have long.
Beeeeenn… Jusqu’à demain quoi. Et en même temps, trouver une citation d’un livre quand tu l’as en main, ça va, c’est pas trop, trop complexe normalement.

“Great. That’s all I need to know.” I hang up.
“Ros, bear with me one moment.”
I pick up the phone. Andrea answers immediately.
“Andrea, I need a blank notecard to write a message within the next hour,”
J’aime comment cette mission est présentée comme un truc CAPITAL ! Et surtout on notera à quel point il n’est pas bien équipé son bureau…

I say, and hang up. “Right, Ros, where were we?”
Aux pots-de-vin et que tu ne veux pas planter des trucs à Détroit (mais que tu ne veux pas dire pourquoi).

 

AT 12:30 OLIVIA SHUFFLES into my office with lunch. She’s a tall, willowy girl with a pretty face. Sadly, it’s always misdirected at me with longing.
Cette façon de déprécier les (jeunes) femmes qui s’intéressent à lui commence à me taper sur les nerfs…

She’s carrying a tray with what I hope is something edible. After a busy morning, I’m starving. She trembles as she puts it on my desk.
Tuna salad. Okay. She hasn’t fucked this up for once.
Mais !!! Mais si t’es pas content du schnock TU TE BOUGES LE FION ET TU VAS TE LE CHERCHER TOUT SEUL TON DÉJEUNER !! è_é/ (je sais j’avais dit que je n devais pas crier mais ça m’énerve !)

[Il goute sa salade, est satisfait – MIRACLE ! \o/ – et prend son stylo]
I’ve chosen a quote. A warning. I made the correct choice, walking away from her. Not all men are romantic heroes.
Oui alors mon chat, comment te dire… ça fait un moment que les romantic heroes comme décrit dans les livres, on sait que c’est du flan hein. Sans doute parce que ce sont des êtres de fiction et non des êtres humains ? Enfin je sais pas encore une fois je suppute -_-

[Il écrit sa citation sur une carte, la met dans l’enveloppe et note dessus de mémoire l’adresse d’Ana (ce mec est délicieusement creepy) avant de sonnez sa secrétaire pour lui demander d’une de faire livrer ça, avant le lendemain, et ensuite de lui trouver de quoi remplacer, et de filer cette tâche à Olivia avant de lui donner le titre]
“Yes, sir.” She gives me a rare smile and leaves my office.
Why is she smiling?
She never smiles.
Ben en même temps c’est ton assistante. Qu’elle soit là tient déjà de la performance donc tu veux pas EN PLUS qu’elle le fasse avec le sourire non ?

 

Et voilà pour ce chapitre. Notre ami Christian reverra-t-il ses livres un jour ? Sont-ils perdus pour de bon ? Reverra-t-il Ana alors qu’il lui tartine et son fric et son côté stalker à la face en lui envoyant un truc hors de prix à son domicile alors qu’il est pas censé avoir son adresse ? La suite au prochain épisode !

Publicités

2 commentaires

  1. « [Il vient d’arriver à Grey house, son building (cette histoire de trump-like m’effraie de plus en plus ôô)] »
    Perso, à chaque fois que je vois Grey, je pense à Gray’s anatomy… Y aurait-il un lien entre ces 3 choses ?

    Il est de plus en plus creepy, le Grey oO Déjà, d’où il se souvient de l’adresse de nénuphar omg o_o » j’ai déjà du mal à retenir mon adresse et celles de quelques membres de ma famille, alors d’une inconnue…?????

    1. Je ne sais pas mais j’avoue que ça m’effraie encore plus…

      Ah oui mais c’est ZE nénuphar aussi attends ! C’est pas juste une feuille flottante sortie de nulle part ! (et puis c’est pas comme s’il avait des masses de gens dont il pourrait vouloir mémoriser l’adresse, soyons franches…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s