J’ai un travail fabuleux – Episode 4.08 – SOS amitié bonjour ?!

Outre les gens qui ont de drôles d’idées, ceux qui ne comprennent pas ce qu’on leur demande, ceux qui avaient du mal avec la lessive, et les projets foireux, nous avons un autre problème ici. De taille. (bon en vrai on a une MONTAGNE de problèmes mais on essaie de les régler, même si ce n’est pas évident).

Le charmant Monsieur B. est trop charmant justement. Avant que j’arrive, il rendait service à tout le monde et n’importe qui, sans se soucier de qui devait réellement rendre ce service.
Alors oui, je sais que nous sommes là pour les utilisateurs, mais il faut savoir qu’ici, chez TopGun GS, on a la vilaine habitude de fonctionner au clientélisme. Qu’entends-je par là ? Parce que Truc ou Bidule demande quelque chose, et que Truc ou Bidule sont les copains de je ne sais qui, on va forcément les faire passer en priorité. Parce que « tu comprends, c’est Truc quand même alors… »

Ouais.
Peut-être.
Sauf que M. Truc et/ou Mme Bidule ont la fâcheuse tendance de toujours faire leurs demandes aujourd’hui 10h15 pour ce matin 9h10. Mais pourquoi feraient-ils autrement ? Personne ne leur dit jamais rien et même ! On se coupe en 18 pour faire ce qu’ils demandent ! Ils auraient tort de changer leur façon de faire.

Ca en était arrivé au point où nos propres collègues venaient nous demander de régler leurs soucis. Une fois, y en a même une qui est venue nous voir et commence à nous déballer ses problèmes. Et quand je l’ai regardée en lui expliquant, calmement, « mais, miss, ce n’est pas notre job tu sais ? Je veux dire… Ok, là on t’aide, mais on n’est pas censé faire du support info, c’est du ressort du kiosque ça. » Cette greluche m’a regardée. M’a gloussé au nez. Et m’a sorti un royal « Hi hi hi ben ouais mais j’m’en fous j’demande quand même !! »
Je suis restée calme. Je me suis levée. Je suis allée me faire un thé (sinon je l’insultais copieusement).

Sauf que (avouez, vous l’attendiez).

« Oui mais tu comprends, c’est M. Truc qui demande ça !!! » « Non mais tu te rends pas compte, c’est pour Mme Bidule quand même ! » « Han mais c’est un.e collègue tu peux l’aider quand même ! »

Et ben vous savez quoi ? TRUC ET BIDULE ILS FONT CACA COMME TOUT LE MONDE ET RIEN NE LES DISPENSE DE FAIRE LEURS [BIIIIIP] DE DEMANDE EN AVANCE ! (oui, j’ai rétorqué ça un jour où ça m’avait vraiment gonflée).
Et NON JE NE SUIS PAS LEUR FOUTUE SECRÉTAIRE DONC ILS VONT SE SORTIR LES DOIGTS DU FONDEMENT ET APPRENDRE A SE  SERVIR DU LOGICIEL POUR DEMANDER DES TRUCS INFORMATIQUES ET FISSA ! (oui, ça aussi je l’ai sorti) (mais j’étais vraiment fâchée ce jour là).
Et d’ailleurs JE M’EN TAMPONNE ! COLLÈGUE OU PAS COLLÈGUE J’AI UN JOB A FAIRE ET IL CONSISTE PAS A FAIRE SUPPORT PERSONNALISE POUR LES TROIS BUREAUX AUTOUR DU MIEN ! (sérieux, elle m’avait vraiment cherchée l’autre nouillasse en me gloussant à la figure).

Et après j’ai dû expliquer (parce qu’à l’évidence, ce n’était pas clair du tout) que si tu veux faire tourner un service correctement, tu ne peux pas épingler des demandes qui ne le sont pas en « prioritaires/urgentes » juste parce que les gens sont pas fichus d’anticiper les choses. Et que le couple de l’année (ils étaient au moins une douzaine à fonctionner comme ça) il était bien gentil mais il allait devoir rentrer dans le rang, comme tout le monde. Parce qu’il n’y a pas de raison qu’un clampin fasse n’importe quoi et obtienne tout ce qu’il veut alors que les autres tentent de suivre les consignes.
Que l’on ne pouvait et ne devait pas faire les demandes dans le logiciel à la place des gens parce que si quelque chose n’était pas conforme, c’était notre responsabilité qui était engagée, et qu’on ne pouvait pas se le permettre (on ne fait que suivre les consignes d’un tiers, mais si la sécurité nous épingle, c’est nos noms qui apparaissent donc c’est nous au pilori).
On a mis du temps à le faire intégrer mais petit à petit, ça a commencé à rentrer dans le crâne épais des internes qui nous servent de responsables.

Sauf que (je sais, vous l’attendiez aussi).

On a dû se battre contre NOS PROPRES TECHNICIENS DE SUPPORT ! (enfin un surtout).

Le summum a été atteint un jour d’octobre 2015, quand un collègue de la DSI vient me voir avec son poste et m’explique : il ne parvient pas à accéder à son répertoire « professionnel » sur le réseau. Ce répertoire est lié à son compte (on en a tous un) et il est fait pour stocker nos données pro sur les serveurs, au lieu de sur nos ordis. Histoire de ne pas tout perdre si l’ordi décède ou si on se le fait voler (pour ceux qui l’emmènent).
Il a bien été au kiosque IT (un local où les gens vont quand ils ont un souci sur leur poste et les techniciens les prennent en charge) mais que le tech en question l’a renvoyé… VERS NOUS ! \o/ en lui disant « non mais ça c’est un problème d’habilitation, faut aller voir TopGun OS. » Sauf que ça n’a rien à voir puisque c’est un répertoire réseau lié à son COMPTE : il y a donc accès DE BASE.
J’ai cru que j’allais fumer le mec sur place.

J’ai fait une descente au kiosque en exigeant qu’on ouvre un ticket auprès des admin pour son problème d’accès au répertoire. Ce même neuneu qui avait renvoyé mon collègue me dit « Euh oui… oui on– on va faire ça… » « Faites donc ça oui, faites donc. » lui ai-je rétorqué.

Et mon Monsieur B. dans tout ça ?

Eh bien Monsieur B. il faisait les demandes à la place des gens et PIRE ! IL SERVAIT DE SUPPORT ! Pour tout et n’importe quoi alors que, soyons très clairs, CE N’EST PAS SON JOB !

Alors certes, vous me direz, il n’y a pas de mal à rendre service. Non, soit. Mais quand on vous demande tout et n’importe quoi et que vous en venez littéralement à faire le job d’autres personnes ça ne rend PAS service. Enfin si, ça dépanne un type sur l’instant. Mais sur le long terme ? Ça masque les problèmes et même, ça les aggrave. En plus de vous empêcher de faire votre propre travail.

Du coup au début, quand avec une autre collègue nous avons joué les molosses de garde et que l’on renvoyait toutes les midinettes venu pécho le gendre idéal qu’est Monsieur B. en demandant de l’aide, on s’est faite regarder de travers. Et puis on a expliqué. Au début ça passait pas. Et puis ça a commencé à changer. Monsieur B. lui-même a commencé à se rebeller et renvoyer les gens vers le support info quand les questions viraient de ce côté-là.

Aujourd’hui ? Nous n’avons pas encore éradiqué le clientélisme (loin s’en faut) mais nous avons drastiquement réduit sa proportion. On sait qu’on ne parviendra jamais tout à fait à 0% mais au moins maintenant c’est gérable. On a même réussi à faire venir un mec exprès pour faire du support Apple (mais ça c’est la puissances des FARC de la DSI) (je vous raconterai bientôt).

Enfin cela dit, je garde toujours un œil sur mon Monsieur B. : c’est un gentil et on ne le changera pas, d’autant qu’il est interne maintenant. Mais je ne me fais pas trop de souci pour lui : la graine de la rébellion a été semée, il faut juste le temps qu’elle repousse un peu !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s