La Chance, cette petite allumeuse…

Quand ? Mardi soir, entre 18h30 et 19h30.
Où ? Dans mon recoin de banlieue parisienne.

Je pars faire quelques courses à la supérette du coin, je passe à la caisse, et on me rend ma monnaie : des pièces et un billet de 10€ (oui ce détail est important).
Dans mes courses, il y a un paquet de « crêpes bretonnes ». Mais siiiiiiii !!! Vous savez ces trucs chimiques pliés en 4, vendus par 12, qui ont une texture de carton mou et un goût vaguement sucré !!! Vous voyez ? Ben voilà, j’avais ça (oui c’est un de mes plaisirs coupables).

Donc je range ma monnaie dans la poche de mon hoodie NaNoWriMo et plonge aussitôt la main dans mon sac de commissions et surtout mon sachet de crêpes, ouvert pendant que la caissière cherchait ma monnaie justement (quand je vous dis que la gourmandise me tuera… >.<).

Toute à ma gourmandise pas-coupable, je n’ai pas prêté garde à ce qui se passait dans mes poches….

Résultat, au moment de traverser la dernière rue qui me mettra sur le trottoir de ma maison, je m’aperçois que… Je n’ai plus que des pièces et mon mouchoir dans ma poche. Mais plus mon billet de 10€.

Malaise.

Je repars en sens inverse au pas de course : sur le parking ? Rien, le long de la rue et sous le pont de la ligne SNCF ? Rien, au passage piéton ensuite ? Toujours rien, mais quand même, je me dis bon aller, on sait jamais, je vais un peu plus loin. Devant la gare ? Encore rien, là j’avoue je commence à douter, mais je poursuis et… Dans le petit passage qui va de la gare au centre ville que vois-je, juste là, après le  rond-point de la station de taxi ? Mon petit billet joli, sagement plié qui m’attend par terre ♥

J’entends déjà les esprits chagrins : « Ouais mais c’est normal que tu l’aies retrouvé, t’as toujours trop de chance toi ! »

Ou pas : vu l’heure de grand passage et donc la probabilité que personne n’ait remarqué mon billet par terre, j’aurais pu pleurer, j’aurais pu geindre, j’aurais pu rentrer directement chez moi en pestant, j’aurais aussi pu blâmer un être complètement imaginaire de s’acharner contre moi (au lieu d’assumer que j’avais qu’à mettre mon argent dans mon sac à course et non dans ma poche qui ferme pas). A la place, j’ai choisi de faire demi tour et tenter ma chance…

« Tenter ma chance ». C’est tout le principe. La Chance ne vient pas toute crue comme ça servie sur un plateau d’argent. La Chance c’est une petite vicieuse qui aime bien se faire désirée, un peu dans le principe « cours-moi derrière que j’te rattrape ». Elle fait coucou de loin, elle nous fait de grands sourires, et quand on en a le plus besoin, elle nous regarde de loin… En fait, c’est juste qu’elle aime bien qu’on la provoque et qu’on vienne la chercher, qu’on la bouscule et qu’on lui montre qu’on s’en fiche de l’avoir avec nous. Et étrangement, plus on provoque sa chance (« bon aller, c’est complètement con mais je fais quand même demi tour pour tenter de retrouver mon billet »), plus on risque d’en avoir. Parce que bizarrement quand on ne tente rien (« ouiiiin le monde est vilain avec moi je rentre chez moi pleurer mon billet ! »)… Ben il nous arrive rien ! (de mauvais certes, mais rien de bon non plus, du coup… )

Moralité : vous voulez avoir de la chance ? Provoquez-la. Elle ne viendra jamais toute seule ! (la vilaine bête !!)

Publicités

3 commentaires

  1. Il y a quelques années, j’ai écumé le trajet collège/maison seule, puis accompagnée de mon frère pour tenter de retrouver, j’ai harcelé l’accueil et la vie scolaire … J’ai eu beau provoquer ma chance, elle ne m’a pas permis de retrouver ma gourmette (en or, bien sûr, deuxième parce que première perdue vers 3 ans) 😦
    Du coup, tu vas en faire quoi, de ce billet de la chance ? Le mettre sous cloche, comme Picsou et son premier sou ? 😀

    1. Ah non mais je ne prétends pas que ça marche à tous les coups hein ! (je ne compte pas les fois où, effectivement, j’ai pas retrouvé ce que je cherchais 😦 )
      Simplement , quand tu es entourée de gens qui, dès qu’il t’arrive un truc « chanceux » te regardent un peu dégouté en te sortant un « non mais t’façon toi t’as trop de chance ! », ou d’autres qui, dès qu’il leur arrivent un truc poisseux, t’expliquent que « Murphy ceci, Murphy cela », ça devient lourd certains jours… Du coup je voulais illustrer l’idée que en effet quand tu tentes rien… ben il t’arrive rien de bien ! C’est fou tout de même non ? -_- »

      Et ça m’a paru le parfait exemple : j’avais le choix entre rien faire ou tenter. J’ai tenté, ça a payé. Ca paye pas tout le temps certes, mais si tu tentes jamais, du coup en effet, ça paye jamais ^___^

      (nan pour le moment il est sur mon bureau consigné à la maison. Comme c’est un petit fugueur, je ne le prendrai que quand j’en aurai vraiment besoin ;p )

      1. Mais, chou, tu n’avais pas à te justifier ! Je suis parfaitement d’accord avec toi, j’aurais juste aimé en avoir la preuve par l’exemple avec ma gourmette 🙂 (Et faire 1m75 et être rousse aux yeux verts et et et et et et …)
        (Tu as tenté, et ça a littéralement payé xD)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s