CampNaNo (ou « le gros lol du mois de juillet »)

La seule fois où je me suis inscrite au CampNaNo c’était en 2012 : c’était encore 50k et je n’avais même pas commencé (comme ça, c’était tout de suite fait).

Cette année quand ma sweet Lilibel a battu le rappel pour faire une cabin j’ai dit banco ! Je ne pouvais statistiquement pas faire pire que lors de ma première tentative…
Mais à ma décharge : l’ambiance était pas là et puis il faisait trop soleil pour écrire en fait ^^ » (comment ça l’été 2012 était pourri et c’est une fausse excuse ?? Mais non mais non !).

Vu ma mission actuelle je m’étais dit que ça occuperait mes journées. Et puis j’avais ce petit projet pour une petite histoire toute neuneu-sucrée-un-peu-niaise, et le format actuel du camp nano permettant de choisir son quota de mots, 15 000 pour ma part, c’était parfait ! J’allais m’occuper pépère au boulot, et je serai dispo pour autre chose en rentrant le soir. Mais c’était sans compter le pas de bol… (et la flemme aussi, un peu, ok)

Première semaine (1er au 6/7) :
C’est pas compliqué : j’ai rien écrit.
Étrangement les gens sont sortis de leur léthargie et se sont mis à demander plein de trucs j’ai pas compris… Rajoutez une collègue qui glande on ne sait quoi et qui n’en tourne pas une, avec pour moi une crise de flemmite aigüe et vous avez une première semaine à 0 productivité.
Enfin si, le dimanche : 728 mots. Pas Byzance, mais c’était déjà mieux que rien.

Deuxième semaine (7 au 13/7) :
J’ai écris un peu le lundi (324 mots. Trop fort dis donc !) mais vu les résultats de la semaine précédente, c’était déjà pas mal.
Mais ça me plaisait pas. Alors je me suis piquée de corriger mon début d’histoire en  gardant des bouts et en barrant / réécrivant d’autres.
Total des courses le mardi : 966 mots de plus. J’ai commencé la réécriture au boulot et j’ai poursuivit chez moi jusque tard, mais au moins, c’était lancé !
Et puis après… Niet. Toujours plus de demandes en arrivée, toujours plus de ma chère chihuahua qui a fait des siennes (rappelez vous le mail en triple exemplaire) et qui n’en fait toujours pas plus, vous avez une semaine finie sur les nerfs et sans un mot d’ajouté au compteur.
Et flûte.

Troisième semaine (14 au 20/7) :
Un peu moins de tension entre l’autre et moi (le weekend de 3 jours a aidé je pense), le lundi repos, et 495 mots le mardi. Yay !! On avance ! (hum… )
Et puis je ne sais pas… est-ce que c’était de savoir que dès le lendemain je serai toute seule au bureau, le mercredi… BOUM ! 1747 mots ! I ROXX BABY ! Ouais je roxxais… mais pas pour longtemps…
Disons juste que vu les efforts du mercredi j’ai rien fait de plus le lendemain.
Mais j’ai quand même fait 1K de plus le vendredi !!
Enfin ça n’empêchait pas d’avoir 3.3K mots de retard… Et ce n’était que le vendredi.. (ben non j’allais pas écrire le weekend vous pensez !)

Quatrième semaine (21 au 27/7) :
Solitude au boulot, tranquillité relative, et ok j’avoue, petit sursaut d’orgueil (techniquement, ce quota mensuel, je peux le faire en une journée en novembre… Tu parles d’un fail !) : 8227 mots ajoutés, et j’ai même écrit samedi Et dimanche !
En même temps j’avais trouvé un bon rythme : boulot efficace le main et écriturre avec un œil sur la boite mail du service l’après midi.  Du coup j’ai fait mon petit bonhomme de chemin , doucement mais sûrement !
J’ai rattrapé pas mal de mon retard (je n’avais plus que 420 mots de retard sur l’horaire vendredi soir) et j’ai même pris un peu d’avance samedi et dimanche.

Cinquième semaine (18 au 31/7) :
Lundi je n’ai rien fichu (mais j’étais depuis dimanche au quota attendu donc…)
Et finalement, mardi je m’y suis mise à 14h et des brouettes pou finalement terminer vers 17h15… (quand je dis que ça c’est fait dans la douleur ce n’est pas qu’une façon de parler… )
J’ai avancé un peu ensuite mais plus légèrement : il faudra de toute façon que je reprenne des trucs parce que mon univers est pas posé donc ça me va pas. Mais je verrai ça euh… plus tard. Ouais c’est ça « plus tard ».

 

Globalement, je suis contente, j’ai pondu ce petit truc, comme ça il ne me tournera plus dans la tête et je pourrais y revenir si je veux (j’aimerais quand même le finir).
Par contre une chose est sûre : le camp nano je n’accroche définitivement pas.
Autant l’idée de choisir son objectif est cool, ça permet de faire un petit truc sans pression, et d’adapter à son histoire (toutes les idées ne sont pas faites pour faire 50k+) autant le reste…
Je sais pas l’ambiance est pas la même, y a pas cette émulation habituelle… Je sais pas, la mayo ne prend pas. Et encore ! Cette année dans la cabin faite par Lilibel on avait une bonne ambiance et on a bien échangé via le board c’était super cool ! Et motivant du coup ! ^^

Par contre oui, c’est une certitude, pour qui a du mal à écrire régulièrement / sur de longue distance, c’est une version qui permet de s’entrainer / garder le rythme pour novembre, et rien que pour ça l’idée est géniale.
A voir l’année prochaine si des copain-e-s campeu-rs-ses font une cabine je retenterai peut être… Mais sans certitude ! 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s